64e Conférence générale de l'AIEA, scène de l'isolement américain

Téhéran (IRNA)- Le premier jour de la 64e session annuelle de la Conférence générale de l'AIEA s'est clôturée lundi à Vienne avec les revendications américaines anti-JCPOA, une fois de plus isolée à la lumière de l'objection de la majorité des participants demandant le respect du dernier accord Iran-AIEA.

Le directeur général de l'AIEA, qui se félicite du récent accord de l'agence avec l'Iran concernant l'accord de garanties et le rappelle comme une grande réussite au cours de son mandat, a exprimé lundi l'espoir que l'accord avec l'Iran conduirait à une coopération efficace.

«Je fais régulièrement rapport au Conseil des gouverneurs sur la mise en œuvre par l’Iran de ses engagements liés au nucléaire dans le cadre du Plan d’action global conjoint», a déclaré Grossi s’adressant à 171 représentants, envoyés et membres de l’agence.

L'Agence continue de vérifier le non-détournement de matières nucléaires déclaré par l'Iran au titre de l'Accord de garanties, a-t-il dit, ajoutant que les évaluations concernant l'absence de matières nucléaires non déclarées et les activités de l'Iran se poursuivent.

«L'Agence a par la suite procédé à un accès complémentaire, en vertu du Protocole additionnel, à l'un des deux emplacements que nous avons spécifiés. Nos inspecteurs ont prélevé des échantillons environnementaux qui seront analysés. Un accès complémentaire au deuxième emplacement spécifié aura lieu plus tard ce mois-ci.»

Le Premier ministre suédois de l'époque, Stefan Löfven, qui a assisté à la conférence générale du Conseil des gouverneurs en ligne, a réitéré que Stockholm soutenait activement tous les efforts visant à préserver l'accord nucléaire iranien. Il a souligné que le JCPOA est un élément important du traité de non-prolifération essentiel pour la sécurité de la région.

Ailleurs dans ses remarques, Löfven a salué l'accord récent entre l'Iran et l'AIEA et a exhorté l'Iran à revenir à ses engagements dans le cadre de l'accord nucléaire. Dans l'intervalle, le chef du Commissariat français aux énergies alternatives et à l'énergie atomique (CEA), François Jacq, a exprimé son soutien aux efforts et aux engagements de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour sauvegarder le Plan d'action global commun (JCPOA).

L'Iran suit désormais son programme nucléaire en fonction de ses besoins, mais a annoncé à plusieurs reprises qu'il reviendrait à ses engagements si les autres signataires de l'accord étaient pratiquement fidèles à leurs engagements.

À l'occasion du premier anniversaire du retrait des États-Unis de l'accord, le 8 mai 2019, Téhéran a décidé de réduire ses engagements envers le JCPOA, sur la base des articles 26 et 36, et de fixer un délai pour que les Européens remédient aux violations.

L'Iran dit qu'il agit en vertu des dispositions du paragraphe 36 du JCPOA qui donne au pays le droit de réduire ses engagements nucléaires car les États-Unis se sont retirés de l'accord et que les autres parties ne respectent pas leurs engagements.

Le représentant américain a répété les allégations du soutien de l'Iran au terrorisme et à l'instabilité dans la région et a exhorté l'AIEA à accroître les inspections sur les activités nucléaires de l'Iran.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (AEOI), Ali Akbar Salehi, a déclaré lundi qu'il n'y avait pas d'autre moyen de protéger le multilatéralisme que de mettre fin au comportement destructeur des États-Unis.

Se référant à la détermination du gouvernement américain de détruire le Plan d'action global conjoint (JCPOA) comme l'une des réalisations les plus importantes du multilatéralisme dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire, Salehi a déclaré qu'il n'y avait pas d'autre moyen que de s'unir et de mettre fin au comportement destructeur de l'actuelle administration américaine pour les intérêts de tous les États de la communauté internationale.

La 64e réunion de la Conférence générale de l'AIEA a débuté lundi à Vienne. L'événement qui est organisé par des représentants, des ambassadeurs et des hauts fonctionnaires de 171 pays fonctionnera jusqu'à vendredi.

Hamid Reza Oluomi Yazdi a soutenu la compétence de la CIJ pour examiner les procédures iraniennes contre les États-Unis, affirmant que le tribunal de l'ONU est qualifié pour enquêter sur l'affaire.

La deuxième et dernière série d'auditions sur la plainte de l'Iran contre Washington à La Haye pour violation du traité d'amitié de 1955 par les États-Unis a eu lieu lundi.

Rejetant l'affirmation des États-Unis selon laquelle la CIJ n'est pas qualifiée pour enquêter sur l'affaire parce qu'elle est liée au Plan d'action global conjoint, les avocats et les représentants de l'Iran ont déclaré que la décision hostile des États-Unis de réimposer des sanctions après le retrait du pays du JCPOA a été contre le traité d'amitié de 1955 qui place l'affaire sous la juridiction de la CIJ.

Selon Oluomi Yazdi, la politique de pression maximale de Washington sur l'Iran a créé de nombreux problèmes pour la vie quotidienne des Iraniens dans divers domaines, y compris le commerce avec d'autres pays, l'importation et l'exportation de produits alimentaires et de médicaments, et l'accès au système bancaire international pour transférer de l'argent; l'inflation et la baisse de la valeur de la monnaie ont également eu des effets négatifs sur la société.

Il a déclaré que non seulement les États-Unis présentent une présentation unilatérale du traité et des lois de la CIJ, mais aussi qu'ils ne respectent pas les lois internationales et la résolution 2231 du CSNU et menacent ceux qui veulent se conformer à la résolution du CSNU.

La décision finale de la CIJ concernant la procédure engagée par l'Iran contre l'administration américaine devrait être rendue dans quelques mois.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 4 =