Évolutions afghanes : les Etats-Unis «déconnectés» des réalités

Téhéran (IRNA)-Le Représentant spécial du Ministre iranien des affaires étrangères pour l'Afghanistan, Mohammad Ebrahim Taherian, a qualifié jeudi d'irresponsables les déclarations « infondées » de l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, sur le rôle de la République islamique d'Iran dans les processus en cours en Afghanistan. « Ces allégations sont un signe manifeste qui permet de croire que les Etats-Unis sont complètement déconnectés des réalités de l’Afghanistan », déplore le diplomate.

« La République islamique d’Iran (RII) appuie officiellement et explicitement l’ouverture de négociations entre le Gouvernement afghan et les Taliban et se dit « absolument prête » à faire avancer un processus de paix authentique et durable dans ce pays », insiste le Représentant spécial du Ministre iranien des affaires étrangères pour l'Afghanistan, Mohammad Ebrahim Taherian, avant de préciser que la stabilité en Afghanistan fait partie intégrante et permanente de la politique étrangère iranienne dans le pays voisin.

Le représentant spécial du très haut diplomate iranien, Mohammad Javad Zarif, pour l’Afghanistan, a ajouté : « Les déclarations avancées par le responsable américain découlent des effets d’erreur de calculs commis par les architectes de l’Accord de Doha sur la manière de faire avancer le processus de paix en Afghanistan, et qui se manifestent aujourd’hui progressivement.

Pour le diplomate iranien le fait de jouer « la carte de pointer les autres » est une politique de fuite en avant qui vise à accuser les autres pour justifier l’inefficacité de leur politique en Afghanistan.

Le négociateur américain sur l'Afghanistan a déclaré jeudi qu'il accueillerait favorablement les discussions avec l'Iran sur la fin du conflit afghan, accusant pourtant Téhéran de chercher à enliser les Etats-Unis dans leur plus longue guerre.

« L'Iran cherche à nous garder empêtrés dans un conflit sans gagner ni perdre et nous faire payer un prix élevé en Afghanistan jusqu'à ce qu'il y ait un accord entre les États-Unis et l'Iran », a prétendu Zalmay Khalilzad lors d'un entretien virtuel à l'Institut des Etats-Unis pour la Paix (USIP)

Khalilzad a averti que les États-Unis cibleraient tous les groupes soutenus par l'Iran «prenant des mesures contre nous (les Américains)», affirmant que Washington «les surveillait de très près».

Le retrait des soldats américains d’Afghanistan est la principale revendication des talibans. Sortir du bourbier à la fois dangereux et couteau afghan a été également une promesse électorale du Président sortant, Donald Trump, candidat à sa réélection pour la présidentielle 2020.

Trump a imposé des sanctions radicales à l’Iran dans l’espoir de réduire le poids régional de Téhéran et a ordonné en janvier une frappe de drone en Irak qui a tué Qassem Soleimani, brave général iranien le plus connu dans le domaine de la lutte anti-terroriste et très populaire dans la région pour ses soucis en faveur de la paix et de la stabilité.

L’Iran et l’Afghanistan sont deux voisins proches ayant des points communs culturels, linguistiques, religieux et historiques.

En Afghanistan, les États-Unis, avec toute leur puissance militaire et appuyés par d’autres membres de l’OTAN, ont été vaincus par les talibans, qui possèdent les armes les plus rudimentaires, et ont fini par entamer le processus de paix par des supplications, mais le haut général martyr iranien, Qassem Soleimani a su stopper le terrorisme daechiste.

S’agissant des évolutions afghanes, l'Iran a adopté une approche transparente ces dernières années. L'Iran se félicite du début des pourparlers inter-afghans réunissant le gouvernement afghan, les groupes politiques du pays et les talibans, autour d’une même table.

Téhéran espère que les pourparlers afghano-afghans aboutiront aux résultats souhaités en rétablissant une paix et une stabilité durables sans intervention étrangère en Afghanistan, et conduiront à la sécurité dans la région.

L’Iran a toujours souligné qu’il n’existe pas de solution militaire à la crise afghane et que la présence continue de forces étrangères est l’une des principales raisons de la poursuite de la guerre dans le pays sinistré.

Pour Téhéran toutes les questions et tous les problèmes en Afghanistan ne peuvent être résolus que par le dialogue, et un retrait « responsable » des troupes étrangères est une condition Sine qua non pour instaurer la paix et la sécurité dans ce pays.

 L'Iran accueille des réfugiés afghans depuis plus de trois décennies. En outre, il a joué un rôle à part et indéniable dans les pourparlers de paix afghans à plusieurs reprises.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 0 =