28 sept. 2020 à 01:32
Journalist ID: 2385
Code d'info: 84056845
0 Persons
Le martyr al-Durah, symbole de l’infanticide israélien

Téhéran (IRNA) – Mohammed al-Durah, un adolescent de 12 ans, est l'un des enfants des Territoires occupés palestiniens qui a été martyrisé par balles des militaires israéliens, le 30 septembre 2000 dans la bande de Gaza, alors que son père tentait de le protéger.

Bien que les militaires du régime israélien aient commis d'innombrables crimes contre le peuple de la Palestine pendant les 72 ans d'occupation de cette terre, y compris le massacre des femmes innocentes, des enfants voire des nourrissons, mais les images de la prise pour cible d’un enfant qui s'était réfugié derrière son père, font rapidement le tour de la planète suscitant une émotion considérable.

Depuis le martyre de cet enfant palestinien et à l’approche de l’anniversaire de sa mort en martyr, des programmes de condamnation de cet acte et de crimes similaires ne cessent de s’organiser par des groupes et des militants actifs pour la « Libération de la Palestine » dans divers pays du monde, en particulier la Palestine.

La photo sur ce crime est devenue l'une des images tristement célèbres dans le monde, illustrant la barbarie de l'armée sioniste.

Selon des statistiques et des chiffres publiés, le régime israélien a tué jusqu'à présent 4.000 enfants palestiniens, dont 16 en 2019.

Le mouvement a accusé le régime de Tel-Aviv d'utiliser délibérément et systématiquement la violence contre les enfants et de tirer sur eux des balles réelles dans le but de les tuer et de leur infliger un handicap permanent.

Un rapport des Nations unies a annoncé qu’en 2018, Israël a tué 56 enfants palestiniens – le chiffre le plus important depuis qu’Israël a lancé une guerre dans la bande de Gaza en 2014.

Dans le rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a déclaré que les militaires israéliens ont blessé près de 2 700 enfants « dans le contexte des manifestations, des affrontements et des opérations d’arrestation ».

Le ministère de l'Information de l'Autorité autonome palestinienne a également publié en juin 2020 des statistiques à l'occasion de la Journée des enfants palestiniens (5 avril) , selon lesquelles 3000 enfants palestiniens ont été tués et des dizaines de milliers d'autres ont été blessés au cours des vingt dernières années par les militaires israéliens.

Selon le ministère « plus de 3000 enfants sont morts et des dizaines de milliers ont été blessés par les forces de l’occupation israélienne ainsi que par les colons, entre le 28 septembre 2000 et la fin octobre 2019 ».

Le rapport du ministère a aussi mentionné que « depuis que le Président américain, Donald Trump, a déclaré la ville sainte de Qods comme nouvelle capitale d’Israël, le 6 décembre 2017, et jusqu’à la fin octobre 2019, 114 enfants ont été tués par l’occupation israélienne, des milliers ont été blessés par balles, et plus de 17 milles ont été arrêtés, et que depuis le début de cette année 745 mineurs ont également été incarcérés, 170 d’entre eux sont encore en prison ».

Le rapport a ajouté que « 95% des mineurs interpellés sont soumis à la torture et qu’ils ont tous été arrêtés après minuit, et emmenés de leurs maisons, avec les yeux bandés et les mains liées pour être interrogés violemment sans la présence de leur famille ou de leurs avocats », et qu’« entre 700 et 1000 enfants sont arrêtés chaque année par les forces israéliennes ».

Chaque année à l'occasion de l'anniversaire de la mort en martyr de Mohammed al-Durah, des réunions internationales se tiennent en guise de solidarité avec les enfants et les adolescents palestiniens autour du « Mémorial du martyr Mohammed al-Dura » à l’initiative de l'Union internationale des jeunes et des adolescents anti-occupation et d'autres groupes et organisations liés à cette question en Iran et dans certains pays comme le Liban et la Palestine.

Vu le fait que le mort en martyr d'al-Durah a eu une répercussion mondiale et d'innombrables condamnations ont été affichées par différents pays du monde et des personnalités libres et indépendantes, à cette occasion, le Conseil suprême de la Révolution culturelle de la République islamique d’Iran, lors de sa réunion du novembre 2005, décide de baptiser le 30 septembre (9 Mehr dans la calendrier iranien) la Journée de la Solidarité avec les enfants et les adolescents palestiniens pour que cette journée tristement célèbre reste à jamais gravée dans l'esprit du monde.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 14 =