29 sept. 2020 à 13:54
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84058903
0 Persons

Tags

Les sanctions américaines, l'une des principales causes de décès par COVID-19 en Iran

Téhéran (IRNA)- Un économiste iranien résidant aux États-Unis a écrit dans le groupe de réflexion Brookings que sans sanctions américaines, «environ 13 000 décès auraient pu être évités» pendant la période de la pandémie COVID-19.

L'Iran a été l'un des premiers pays à rouvrir son économie pour éviter la faillite et la catastrophe économique, et, comme on pouvait s'y attendre, à la mi-mai, les décès remontaient, a écrit Djavad   Salehi-Isfahani.

«La deuxième vague s'est jusqu'à présent avérée plus meurtrière que la première, ajoutant que le contraste de l'Iran avec la Turquie voisine est « instructif » et peut donner une idée approximative du coût humain des sanctions », a écrit Salehi Isfahani.

«En supposant que l'Iran aurait pu suivre la voie de la Turquie après la mi-mai, lorsque les taux de mortalité des deux pays ont commencé à diverger, environ 13 000 décès auraient pu être évités.»

Djavad Salehi-Isfahani a obtenu son doctorat en économie de l'Université de Harvard et a enseigné à l'Université de Pennsylvanie (1977–1984) avant de rejoindre la faculté de Virginia Tech, où il est actuellement professeur d'économie. Il est Senior Fellow non résident à la Global Economy and Development, à la Brookings Institution, et chercheur au Economic Research Forum (ERF) au Caire, écrit Brookings, ajoutant qu'il a occupé des postes invités à l'Université d'Oxford (1991–1992), à la Brookings Institution (2007–2008) et à la Harvard Kennedy School (2009–2010, et 2013, et 2016-2017).

Voici certaines parties de l'article de Salehi-Isfahani:

En mars 2020, l'Iran est devenu l'épicentre de la pandémie de coronavirus en dehors de la Chine. Fin février, le gouvernement a admis deux décès dus à la maladie dans la ville sainte de Qom. Cependant, à ce moment-là, la pandémie s'était étendue à d'autres régions du pays. Soudainement, les dirigeants iraniens se sont retrouvés à se battre sur deux fronts distincts: l’un pour sauver l’économie des sanctions américaines et l’autre pour sauver des vies et l’économie de la pandémie.

L’Iran faisait à peine face aux défis de la campagne de «pression maximale» du président américain Donald Trump. En mai 2018, l'administration Trump a retiré les États-Unis de l'accord nucléaire iranien, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), et a imposé les sanctions les plus dures jamais imposées à un pays. Depuis lors, l’économie iranienne est en chute libre. Les exportations de pétrole ont plongé et la monnaie a perdu les deux tiers de sa valeur, provoquant une inflation rapide et un chaos macroéconomique général.

L’Iran n’était absolument pas préparé à l’élection de Trump et à sa détermination à annuler la réalisation singulière de la politique étrangère de Barack Obama avec le JCPOA.

Pendant ce temps, l'administration Trump et ses alliés dans le golfe Persique et en Israël attendent avec anxiété depuis plus de deux ans que les sanctions portent leurs fruits, s'attendant à un effondrement de l'économie suivi de la montée des troubles sociaux pour forcer les dirigeants iraniens à capituler. Leur anxiété est justifiée. Un bilan désastreux des États-Unis en matière d'intervention militaire au Moyen-Orient - en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie - a amené Trump à considérer une victoire sans guerre comme le seul moyen pour les États-Unis d'affirmer leur hégémonie dans la région.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 16 =