Politiques criminelles américaines : l’Iran met en garde contre le laxisme «complice» européen

Londres (IRNA)-L'ambassadeur d'Iran à Genève, Esmaïl Baqaï Hamaneh, s’attardant mercredi sur le fait que les sanctions unilatérales américaines restent à l’origine de l’incitation à la violation des droits de l'homme contre les nations a qualifié certains pays européens qui publient des déclarations contre l'Iran, ignorant ce fait, de « complices des crimes US ».

Intervenant mardi soir 29 septembre à la 45e session du Conseil des droits de l'homme et en réaction à une déclaration conjointe, avancée par un groupe de pays occidentaux sur la situation des droits de l'homme en Iran, Esmaël Baqaï Hamaneh a indiqué : «Les allégations formulées dans cette déclaration manquent de preuves et de faits solides. Elles reposent principalement sur des informations déformées et partielles liés aux dossiers de certaines personnes particulières. »

Insistant sur le fait que « les droits de l'homme, les droits civils, les droits politiques, les droits économiques et les droits sociaux et culturels sont des éléments interdépendants et inséparables », le diplomate iranien a ajouté : « Comme il a été prouvé dans le passé, l'ingérence étrangère reste intrinsèquement une entrave à la promotion de tous ces droits »

Notant que la République islamique d'Iran est pour un dialogue, basé sur le respect, avec les parties intéressées par la promotion des droits de l'homme, l’ambassadeur d’Iran à Genève, a poursuivi: « Nos interactions avec les mécanismes internationaux de protection et de promotion des droits de l'homme de l'ONU, y compris le Haut-Commissariat ((HCDH), sont anciennes et restent fructueuses. »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 1 =