Le Président Rohani réitère la volonté de l'Iran de jouer un rôle «constructif» dans le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais

Téhéran (IRNA)-Le Président Hassan Rohani, se déclarant préoccupé par les récentes évolutions dans la région du Haut-Karabakh, opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan, a souligné : « La guerre et le conflit ne sont pas un bon moyen de résoudre les problèmes et les différends ne peuvent que compliquer la situation. »

Selon l'IRNA, le président Hassan Rohani s’est entretenu ce mercredi 30 septembre par téléphone avec le Premier ministre arménien, Nikol Pashinyan.

Soulignant « l'importance de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans la région », Hassan Rohani a rappelé à son interlocuteur que « notre région ne peut plus supporter l'instabilité et une nouvelle guerre ».

Faisant référence aux divergences de longue date entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur le conflit du Haut-Karabakh et la nécessité d'une solution à la crise dans le cadre du droit international et du respect de l'intégrité territoriale, Hassan Rohani a déclaré : « Il est important pour nous d'arrêter ces conflits et nous nous attendons à ce que les deux pays voisins agisse dans ce sens avec tact et retenue. »

Soulignant que la guerre n'est pas nécessairement la solution pour résoudre les problèmes, les tensions et les différends, le Président Rohani a déclaré : « Toute intervention étrangère dans cette affaire non seulement ne contribuera pas à résoudre le problème, mais encore prolongera les conflits et les tensions et compliquera la situation. »

Faisant référence à l'importance et à la longue histoire des relations de l'Iran avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie basées sur une histoire et une culture communes, Hassan Rohani a dit la République islamique d'Iran « prête » à jouer un rôle constructif et cela de la manière souhaitée par les deux pays amis et voisins avant d’indiquer : « Notre souhait est une fin immédiate des affrontements. Nous devons tous chercher à résoudre les problèmes de la région par la diplomatie et les réglementations internationales », a-t-il insisté.

Pour sa part, le Premier ministre arménien a exprimé sa préoccupation face à l'ingérence étrangère.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 0 =