Le malentendu sur l'Iran, « la mère des marécages » (Khatibzadeh)

Téhéran (IRNA)-« Depuis le début de la Révolution américaine, les Etats-Unis ont tramé de nombreuses conspirations contre le gouvernement et le peuple iranien, mais ils n’ont pas réussi. Les malentendus et les mauvais calculs ont des conséquences dangereuses, et nous avons averti les Américains que les malentendus sur l'Iran sont la mère des bourbiers », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh, à l’occasion d’une interview accordée au correspondant politique de l’IRNA.

« Saïd Khatibzadeh, en réponse à une question sur les allégations américaines selon lesquelles les sanctions de l'ONU contre l'Iran ont été rétablies et l’opposition de la communauté internationale à cette action, a déclaré : « Les mesures prises par les États-Unis de Trump ont fini par unir le système international contre Washington. »

S’attardant sur le fait qu’à un moment donné, la scène des conflits internationaux se présentait sous le modèle centre-périphérie ou libéral-non libéral (Image  désormais  classique  pour  opposer  des  ensembles  sociaux,  territoriaux, économiques  dominants  à  d’autres  dépendants  et  dominés), le diplomate iranien a ajouté : « Les Occidentaux se considéraient comme le centre de l'univers et voyaient le reste du monde comme des périphériques, mais Trump a mis au grand jour la crise sévissant dans les échelons inférieurs du monde occidental.

« Trump a fait passer les conflits d'un mode «centre-périphérie» en un mode «centre-centre» mettant tous les théoriciens occidentaux devant ce fait évident », a poursuivi le diplomate.

« Il y a maintenant quelqu'un à la Maison Blanche qui a déclaré son allié traditionnel, l'Europe, un rival des États-Unis. Il cible et menace la plus importante alliance transatlantique, à savoir l’OTAN, et se retire des accords avec les pays libéraux. »

Face à Trump,les Européens restent confus

Pour Saïd Khatibazadeh, l'opposition des Européens aux États-Unis sur une question comme le PGAC (le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015) est plus qu'un simple soutien à l'Iran. Il s’agit en fait d’un enjeu qui leur est propre et qui implique la souveraineté européenne. Les Européens ne veulent pas voir des valeurs qu'ils considèrent comme les réalisations des mondes occidental et libéral, être victimes des approches unilatérales et complètement coercitives, menées par les Etats-Unis, au sein du système international.

S’attardant sur le fait que les Européens restent toujours confus à propos de Trump et que les effets et le choc de la présidence de Trump seront sentis dans le monde pendant encore de nombreuses années, le porte-parole de la diplomatie iranienne a souligné : «Les Européens avaient manifesté certaines réserves à l’égard de Washington pendant les deux premières années de la présidence de Trump et ne savaient pas quelle politique adopter, mais ils ont fini par le voir comme une menace pour l'ordre mondial et le monde occidental ».

Le porte-parole de la diplomatie, précisant que l'opposition de 13 pays aux États-Unis au Conseil de sécurité, et cela à trois reprises en moins d'un mois, est un événement rarissime dans l'histoire des Nations Unies, a déclaré : « Ce manque de coopération avec les États-Unis a encore isolé Washington dans le monde. Cet isolement est également et certainement fruit de la résistance à part et historique de la nation iranienne aux pressions les plus sévères et aux sanctions les plus dures états-uniennes, et le résultat de la diplomatie intelligente de l'Iran, sans oublier le nature solide et intégrale du PGAC. »

Saïd Khatibzadeh a poursuivi : « Le PGAC est un accord envers lequel certains étaient très critiques. Bien que ce pacte ne se trouve pas aujourd’hui dans un bon état, en raison de la pression et des sanctions US, mais il a réussi à isoler les États-Unis, dans leur arrière-cour traditionnelles qu’est le Conseil de sécurité, et à leur infliger les défaites les plus sévères. »

Interrogé sur la possibilité d'un changement d'approche de l'Europe si Trump est réélu président, il a déclaré : « Tout est possible, mais en ce qui concerne l’Iran, les résultats des élections du 3 novembre dépendent des Américains eux-mêmes, et nous n’avons pas l’intention de lier nos politiques aux affaires intérieures américaines. Bien que les résultats des élections américaines soient importants pour de nombreux pays et aient des répercussions régionales et internationales, l'Iran est l'un des rares pays indépendants dont les politiques nationales et étrangères ne sont pas influencées par le va-et-vient des locataires à la Maison Blanche. »

S’attardant sur le fait qu’il est désormais peu probable que Trump soit capable de retourner le monde contre l'Iran, le porte-parole de la diplomatie a déclaré : « Les États-Unis ont perdu leur hégémonie sur le reste du monde. »

« Nous assistons aujourd’hui à une transition dans le monde où des puissances émergentes comme l'Iran ont émergé et à une administration US qui cherche, en ayant recours à tous ses potentiels, à les faire stopper », a-t-il encore fait remarquer.  

Le malentendu sur l'Iran est la mère des bourbiers

Saïd Khatibzadeh a déclaré que l'Iran a montré qu'il est une puissance responsable :

« L'Amérique est notre ennemi, ce n'est pas notre professeur et nous choisissons notre voie de manière indépendante et basée sur nos intérêts nationaux. Les grandes erreurs des États-Unis, les ont mis sur le point de défaite et d’expulsion dans la région », a-t-il encore précisé.

S’agissant des allégations occasionnelles avancées par de temps en temps par les Américains selon lesquelles « toutes les options étaient sur la table », le diplomate réitère sur le droit de l’Iran à se défendre avant d’indiquer : « Depuis le début de la Révolution, les États-Unis ont conspiré beaucoup contre le gouvernement et le peuple iraniens, mais ils ont échoué dans la plupart de leurs complots. Les malentendus et les erreurs de calcul ont des conséquences dangereuses, c'est pourquoi nous avons averti les Américains sur le fait que les malentendus sur l'Iran sont la mère des bourbiers ! »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 1 =