9 oct. 2020 à 13:04
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84069843
0 Persons
Le discours américain sur les droits de l'homme « ironie amère de l'histoire»

Téhéran (IRNA)- Critiquant le terrorisme économique américain contre le peuple iranien, le représentant de l'Iran à la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré que le discours des États-Unis et de leurs alliés sur les droits de l'homme «est une ironie amère de l'histoire».

Mohammad Zareian a appelé mercredi à la Troisième Commission la réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies à l'insistance des Etats-Unis pour poursuivre voire intensifier leur politique de sanctions illégales immorales et contraires au droit international et a rappelé que cette politique a mis en danger la vie de nombreuses personnes qui luttent contre le coronavirus dans le monde.

«Contrairement aux affirmations des États-Unis, les biens et services humanitaires pour l'Iran continuent d'être affectés par des sanctions brutales», a déclaré Zareian.

«Les institutions financières ont peur des représailles de la part des États-Unis, de sorte que les canaux financiers créés pour faciliter les transactions de biens humanitaires sont inefficaces et n'ont pas de résultat tangible».

Le représentant de l'Iran à la troisième réunion du comité de l'Assemblée générale de l'organisation a également évoqué le silence des alliés de Washington face au crime commis par le gouvernement terroriste américain dans l'assassinat du lieutenant général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods de l'islamique, «Selon eux, l'assassinat ciblé du lieutenant-général Soleimani, qui était un défenseur de la paix et un héros dans la lutte contre le terrorisme, n'est pas une violation des droits de l'homme.»

Zareian a conclu en soulignant l'attachement de l'Iran à la coopération équilibrée et apolitique des mécanismes de l'ONU: «Des mécanismes tels que l'Examen périodique complet qui devraient être considérés comme une solution viable et le seul mécanisme qui traite de la situation des droits de l'homme dans tous les Etats membres tout en y prêtant attention sur la même base, doivent être renforcés.»

Le représentant de l'Iran à la troisième commission de l'Assemblée générale de l'Organisation a considéré les droits de l'homme comme le patrimoine commun de l'humanité et a ajouté que l'engagement ferme de la République islamique d'Iran dans la promotion et la protection des droits de l'homme est profondément enraciné dans la riche civilisation et les enseignements religieux du pays.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 3 =