Règlement du conflit du Haut-Karabakh : entretien téléphonique Rohani-Poutine

Téhéran (IRNA)- Le Président Hassan Rohani, s’attardant sur le fait que l’option militaire ne peut être une solution au conflit du Haut-Karabakh, a dit « prête » la République islamique d'Iran à toute assistance et coopération pour résoudre le différend opposant l'Azerbaïdjan et l'Arménie et cela par le dialogue et une diplomatie négociée basée sur les normes juridiques et internationales et dans le respect de l'intégrité territoriale des pays.

Selon IRNA, depuis le service de presse présidentiel, lors d'une conversation téléphonique ce samedi 10 octobre avec son homologue russe, Vladimir Poutine, le Président Hassan Rohani, a qualifié de « très amer » et d’« inquiétant », le conflit militaire entre les deux pays voisins de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie pour dire qu’une éventuelle intervention de certains pays tiers dans ce conflit, élargira et prolongera la crise ». « Une telle situation n’est pas dans l’intérêt des pays de la région », a-t-il prévenu.

Faisant référence à ses contacts avec les dirigeants des deux pays d'Azerbaïdjan et d'Arménie et soulignant l’impératif de protéger les frontières de l'Iran et la vie des Iraniens vivant dans les zones frontalières, Hassan Rohani a déclaré : « La paix dans la région est d'une grande importance pour nous. »

Se déclarant préoccupé par la présence et la participation de certains groupes terroristes dans le conflit du Haut-Karabakh, le président a souligné : « La présence de terroristes peut être dangereuse à la fois pour l'Iran, la Russie et pour toute la région. »

Soulignant la nécessité d'efforts conjoints et de coopération collective pour mettre fin au conflit, établir un cessez-le-feu et entamer des pourparlers visant à résoudre le différend, Rohani a ajouté : « Si le conflit continue, la situation dans la région deviendra plus compliquée et entraînera des pertes financières et humaines plus importantes. »

Le Président a également salué les efforts de la Russie pour établir un cessez-le-feu et le début de pourparlers entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

Il a qualifié d’ « importante » la mise en œuvre du cessez-le-feu et son maintien avant de dire « prête » la République islamique d’Iran à fournir toute assistance et coopération à cette fin.

Toujours lors de cette conversation téléphonique avec le Président Poutine, Hassan Rohani évoque les effets négatifs de la pandémie de Coronavirus sur les échanges économiques entre les deux pays, avant de plaider pour la reprise des relations économiques et des échanges bilatéraux, y compris la mise en place de vols et des transites par route dans le respect du protocole sanitaire lié à la Covid-19.

Votre commentaire

You are replying to: .
7 + 0 =