14 oct. 2020 à 16:12
Journalist ID: 3058
Code d'info: 84076120
1 Persons

Tags

Le film iranien Yalda, un gros succès du box-office en France

Téhéran (IRNA) - Le film iranien "Yalda" réalisé par Massoud Bakhshi, diffusé sur le grand écran en France, est devenu le deuxième meilleur film du palmarès des ventes à la fin de la première semaine de projection.

Yalda, le troisième long métrage de Massoud Bakhshi, a déjà brillé dans le 70ème Festival International du Film de Berlin et dans le Festival Sundance aux États-Unis. Le jury du 24ème festival du film de Sofia, dirigé par le grand cinéaste britannique "Peter Webber" aussi a déjà attribué son prix du meilleur scénario à ce film iranien. Ce film est actuellement diffusé sur le grand écran en Iran et en France.

Yalda raconte l'histoire de Maryam, une jeune femme de 22 ans condamnée à mort pour le meurtre accidentel de son mari de 65 ans. Au cours de la nuit de Yalda (Une fête iranienne), elle a été amenée au studio d'une émission de télévision en direct qui se déroule en présence de Mona par la seule enfant de la victime qui peut sauver Yalda en la pardonnant. Mais dans les coulisses de cette émission, les deux jeunes femmes se heurtent à certaines difficultés pour prendre la décision finale.

Le succès du film iranien "Yalda" en France a attiré l'attention des grands critiques du cinéma français. Geneviève Sellier, critique et historienne du cinéma, professeure en études cinématographiques à l'Université Bordeaux et directrice du site Genre & Ecran a écrit à propos de ce film:  

"Maryam, vingt-deux ans, est condamnée à sept ans de prison pour le meurtre de son mari âgé de soixante-cinq ans ; mais elle sera exécutée si la famille de la victime refuse de pardonner. Sa dernière chance d’échapper à l’exécution est de participer à l’émission de téléréalité où elle va plaider son pardon auprès de la fille du mort. Si celle-ci pardonne, Maryam ne fera « que » sept ans de prison. L’émission est diffusée à l’occasion d’une fête du zoroastrisme, une religion antérieure à l’islam, qui marque la plus longue nuit de l’année, le 21 décembre. Respectant la règle classique des trois unités (de temps, de lieu et d’action), le film se déroule pendant le temps de l’émission et renoue avec les meilleurs films de procès, dans la tradition de Douze hommes en colère (Sydney Lumet, 1957), Témoin à charge (Billy Wilder, 1957), Autopsie d’un meurtre (Preminger, 1959) ou La Vérité (Clouzot, 1960). Car, au-delà du pardon de la famille de la victime, il s’agit bien de refaire le procès de la coupable en transformant les téléspectateurs en jurés, pour juger si elle mérite des circonstances atténuantes. Le film est riche en rebondissements, d’abord autour des réticences de Maryam condamnée à s’exhiber sans savoir si elle pourra réellement donner sa version des faits ; puis autour des réticences de Mona, la fille du mort, à venir participer à l’émission. Comme dans les meilleurs films hollywoodiens, le suspense ne cesse d’augmenter, au fur et à mesure qu’on découvre, dans les coulisses de l’émission, les petits (et grands) arrangements avec la vérité que les différents protagonistes du drame et de l’émission tentent de négocier. Massoud Bakhshi, réalisateur d’une douzaine de documentaires et d’une autre fiction, Une famille respectable (2012) dit avoir fait cette fiction au plus près de la réalité. Il faut saluer le tour de force des producteurs français du film, Jacques Bidou et Marianne Dumoulin, qui ont réussi à financer le tournage du film en Iran."

Alain Gresh, ancien patron du Monde Diplomatique et directeur du site Orient XXI aussi, a écrit à-propos de ce film iranien: "Il y a longtemps que je n'avais pas vu un film aussi prenant que "Yalda, la nuit du pardon". Un mélange incroyable d'archaïsme et de modernité. Ce film se situe aussi dans la grande tradition cinématographique des films de procès."

Ce succès approuve les grandes potentialités du cinéma iranien à l'échelle internationale dans l'aspect artistique aussi bien que dans les domaines financiers.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 6 =