Téhéran qualifie d’ «hérésie inadmissible» la violation de l’immunité pour un de ses diplomates, en Belgique

Téhéran (IRNA)- Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, réagissant à aux nouvelles diffusées par l’agence de presse Reuters au sujet d'un diplomate iranien a déclaré « La violation de l'immunité diplomatique d'Assadollah Asadi, un diplomate iranien en poste en Belgique est une hérésie inacceptable et le ministère des Affaires étrangères tient toujours les pays impliqués dans le dossier, responsables de la violation des droits de notre diplomate. »

 «Ces diffusions d'infox et des informations sans fondement (contre la RII) ne vise qu’à préparer une exploitation ultérieure et favoriser des tapages médiatiques », c’est ainsi qu’a qualifié Saïd Khatibzadeh, les allégations formulées par l’agence Reuters et certains médias mainstream européens , sur un prétendu avertissement adressé par le diplomate iranien détenu aux autorités belges, rapporte Selon le service de presse du ministère iranien des Affaires étrangères.

Le porte-parole du ministère iranien des A.E. a souligné : « La République islamique d'Iran considère la détention d'Assadollah Asadi, diplomate d'Iran en Europe, comme un acte illégal et une violation flagrante des règles et procédures de l'international et des dispositions de la Convention de Vienne de 1961. »
« L'Iran a déjà formellement exprimé sa vive protestation aux responsables des gouvernements européens concernés », a-t-il précisé.

L'immunité diplomatique est une protection offerte par les États aux diplomates qui représentent d'autres États, ainsi qu'à leur famille. Bien que son origine remonte à l'Antiquité, ses principes ont été inscrits dans le droit international de 1961 à 1964 par les conventions de Vienne.

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 5 =