3 nov. 2020 à 12:00
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84097688
1 Persons
Les mots de Biden «plus prometteurs», mais l’Iran attendra de voir (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que l’Iran n’a aucune préférence entre les deux candidats à la présidentielle américaine Donald Trump et Joe Biden, même s’il considère les déclarations de ce dernier comme «plus prometteuses».

S'adressant à CBS News lundi, Mohammad Javad Zarif a déclaré que "les déclarations du camp de Biden ont été plus prometteuses, mais nous devrons attendre et voir".

Ce n'est pas ce que la nouvelle administration dit pendant la campagne qui compte, mais ce qu'elle fait au pouvoir, a ajouté Zarif.

«Ce qui est important pour nous, c'est comment la Maison Blanche se comporte après les élections, pas quelles promesses y a-t-il, quels slogans sont faits. Le comportement des États-Unis est important. Si les États-Unis décident d'arrêter leur comportement malveillant contre l'Iran, alors ce sera une autre histoire, peu importe qui siège à la Maison Blanche », a noté le haut diplomate iranien.

Plus tôt dans la journée, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’Iran ne se souciait pas de savoir qui deviendrait le prochain président des États-Unis et ne regardait que les choix politiques de l’administration américaine.

«Plus que [en prêtant attention] aux résultats [des élections américaines], nous prêtons attention aux actions de l'administration américaine» et à la politique qu'elle adoptera, a déclaré lundi le porte-parole du ministère Saeed Khatibzadeh à Téhéran, la veille Élections présidentielles américaines.

Le camp de Biden a signalé que, s'il gagnait, son administration tenterait de renégocier l'accord négocié en 2015, mais le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré à CBS News que ce n'était pas l'espoir de Téhéran.

«Si nous voulions faire cela [renégocier], nous l'aurions fait avec le président Trump il y a quatre ans», a déclaré Zarif, soulignant que «en aucun cas» Téhéran n'envisagerait de renégocier les termes d'un accord qui a depuis été adopté comme un Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Zarif était catégorique sur le fait que l'Iran aimerait plutôt que les États-Unis rejoignent l'accord.

"Nous pouvons trouver un moyen de nous réengager, évidemment. Mais le réengagement ne signifie pas renégociation", a-t-il déclaré. "Cela signifie que les États-Unis reviennent à la table des négociations."

Zarif a en outre déclaré que la campagne de "pression maximale" de l'administration Trump contre la République islamique avait échoué.

"Cela a blessé l'Iran", a-t-il déclaré. "Mais cela n'a pas apporté le type de changement politique souhaité par les États-Unis - que ce soit un changement de régime, qui était le désir d'un certain segment de l'administration américaine actuelle, ou ce que le président Trump voulait, qui était de mettre l'Iran à genoux. afin qu'il puisse dicter ses conditions de négociations. "

"Je sais que le vice-président Biden comprend que cela n'arrivera pas [renégociera les termes de l'accord nucléaire] et pourrait agir différemment", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères. Il a cependant exprimé l'espoir que Trump, lui aussi, "est capable d'agir différemment".

Ailleurs dans ses remarques, Zarif a une fois de plus nié toute ingérence de l'Iran dans les élections américaines et a qualifié le président Trump de "la seule personne qui fait l'affront le plus important et le plus efficace contre le système électoral américain".

Toute personne intéressée à saper la démocratie américaine, a suggéré Zarif, "demandera simplement au président Trump de continuer à parler de faux et d'incohérences dans les bulletins de vote par correspondance et toutes sortes d'autres choses".

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 12 =