Droits des nations : l’Iran fustige le «mutisme» de l’ONU face aux violations continues et flagrantes de l’Occident

Téhéran (IRNA) - Se référant à une lettre envoyée à l’adresse du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, le Chef-adjoint pour les affaires internationales et Secrétaire du haut Conseil des Droits de l’homme du Pouvoir judiciaire iranien, Ali Baqeri Kani, a déclaré : « La missive s’interroge sérieusement sur le mutisme observé par le Secrétaire général de l'ONU face aux violations continues et flagrantes des droits de la nation iranienne par les Etats-Unis et les pays alliés européens, exécuteurs des sanctions illégales américaines ».

Ali Baqeri Kani, s’exprimant lors d’une réunion du Conseil suprême du Pouvoir judiciaire,  ce lundi 16 novembre, se référant aux tentatives de certains pays visant à approuver une résolution anti-iranienne sur la question des droits de l'homme, à la troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations unies, a déclaré : « La résolution qui sera présentée à la troisième commission de l'Assemblée générale de l'ONU est dépourvue de toute valeur juridique et ne repose pas sur les réalités des droits de l’homme en Iran. »

Il a poursuivi : « Ces tentatives interviennent alors que les initiateurs de cette résolution ont un bilan sombre des violations des droits de leur propres nations, de la nation iranienne et d'autres nations de la région, y compris en Palestine et le Yémen. »

Poignant du doigt le Canada Cette qui est à l’origine de la résolution anti-iranienne sur les droits de l'homme, cette autorité judiciaire iranienne a indiqué : « Le Canada est un pays qui viole lui-même systématiquement les droits humains. Le gouvernement canadien a privé les peuples autochtones, qui sont les premiers propriétaires des terres au Canada, de leurs droits fondamentaux, et ils sont dominés par les immigrants européens ! »

«La violence contre les femmes et les filles canadiennes est telle que les organisations de défense des droits de l’homme l'ont qualifié de « génocide », déplore le Secrétaire du Conseil des Droits de l’homme du Pouvoir judiciaire iranien.

« Les initiateurs de la résolution sont des pays qui ont abrité et soutenu des groupes terroristes dont les mains sont entachées du sang de milliers d'Iraniens, et qui les soutiennent de diverses manières. Il s’agit des pays qui en suivant la politique de pression maximale des États-Unis, sont exécuteurs des sanctions illégales et oppressives américaines imposées au peuple iranien », regrette cette autorité judiciaire iranienne chargé des droits de l’homme.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 4 =