19 nov. 2020 à 11:51
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84115994
1 Persons
L'Iran rejette la résolution rédigée par le Canada sur la situation des droits de l’homme

Téhéran (IRNA)- L’Iran a condamné une résolution de l’ONU, rédigée et proposée par le Canada, comme une répétition des affirmations «sans fondement» sur la situation des droits de l’homme en République islamique, affirmant qu’elle prouvait plutôt «l’hypocrisie» du groupe «notoire» de pays qui l’ont votée.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la résolution «inacceptable», affirmant qu’elle «n’avait aucun fondement juridique ni effet».

Saeed Khatibzadeh a noté que la décision prise par le gouvernement d'Ottawa et d'autres sympathisants de la résolution est un exemple clair «d'abus de nobles concepts et valeurs des droits de la personne afin d'atteindre des objectifs politiques à courte vue».

Il a déploré que le gouvernement canadien utilise les droits de la personne et ses mécanismes internationaux pour atteindre ses objectifs et ses ambitions politiques.

«De telles actions non constructives ne contribueront pas seulement à promouvoir le statut des droits de l'homme et le respect des droits de l'homme au niveau international, mais ne feront que déclencher des mouvements pour former des clichés négatifs et attacher des stigmates politiques aux pays indépendants», a ajouté le porte-parole.

La résolution anti-Iran a été adoptée avec 79 votes «oui» à la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations Unies mercredi, même si 32 pays ont voté contre et 64 autres se sont abstenus de voter.

Dans sa déclaration, Khatibzadeh a déclaré que la majorité des États membres de l’ONU ont voté «non» ou se sont abstenus de voter dans le but de montrer leur mécontentement face à l’approche hypocrite adoptée par les partisans de la résolution.

La résolution a été adoptée avec les voix de moins de la moitié des États membres de l'ONU, y compris le régime israélien, les États-Unis, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l'Albanie, la Grande-Bretagne et le Canada, a-t-il déclaré.

Khatibzadeh a souligné qu'il était dommage que le Canada ait réuni un groupe de gouvernements ayant «des antécédents notoires dans le domaine des droits de la personne», y compris les régimes américain, israélien et bahreïni, pour enseigner les droits de la personne au peuple iranien.

Il a également exhorté le Canada à cesser d’accueillir des délinquants économiques et des pilleurs de la richesse du peuple iranien, «qui ont trouvé au Canada un havre de paix pour le transfert et l’investissement des biens qu’ils ont pillés».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 8 =