29 nov. 2020 à 00:12
Journalist ID: 2385
Code d'info: 84127575
0 Persons
Mossad et terrorisme organisé

Téhéran (IRNA)- Réagissant au douloureux assassinat du défunt martyr Mohsen Fakhrizadeh, éminent scientifique iranien, le journal Arman-e Melli (Cause nationale) a écrit dans un article : « Cet acte terroriste a été orchestré conjointement par les agences de renseignement terroriste israéliennes du Mossad, la CIA américaine et celle de certains régimes arabes rétrogrades régionaux.

Dans un article paru ce samedi 28 novembre dans le quotidien « Arman-e Melli », publié à Téhéran, Hassan Hanizadeh, journaliste et spécialiste des questions internationales, traite la question du terrorisme d’Etat et écrit : « Vu le fait que le régime sioniste a un long antécédent dans l'assassinat de scientifiques nucléaires dans les pays musulmans, certains savants atomistes iraniens ont été placé sur la liste de projet de liquidation du Mossad depuis l'année dernière, après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu eu accusé l'Iran de tentative d’accéder à l’arme nucléaire, dans un ridicule discours paranoïaque.

Au cours des deux dernières années, le Premier ministre du régime sioniste a mentionné à plusieurs occasions le défunt martyr Mohsen Fakhrizadeh comme l'un des scientifiques nucléaires les plus éminents d'Iran, manière de donner son feu vert pour assassiner ce grand homme.

Malheureusement, les organisations terroristes israéliennes et américaines ont profité de la conjoncture incertaine actuelle prévalent dans le monde et de cette loi de la jungle qui règne sur les relations internationales pour  « éliminer » selon le terme utilisé dans leurs médias les personnalités iraniennes influentes, note l’auteur.

Les assassinats de deux grands commandants de la lutte anti-terroriste, le très haut général Qassem Soleimani, ancien chef défunt de la Force Qods (Force extérieure du Corps des gardiens de la Révolution islamique, (CGRI)) et son compagnon de lutte irakien, Abu Mahdi al-Mohandes, le chef adjoint de la Force de la Mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) était le fruit amer d'une coopération terroriste conjointe entre les États-Unis, Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

En assassinant le scientifique nucléaire iranien, Israël semble essayer de pousser l'Iran à réagir hâtivement dans ces jours qui sont marqués par la fin du mandat de son « meilleur ami », le président sortant américain Donald Trump, afin de mettre la région devant une nouvelle crise.

L'assassinat planifié assurément depuis longtemps semble également avoir fait suite à de récentes consultations entre le Premier ministre extrémiste israélien, Benjamin Netanyahu, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Lors du rendez-vous tripartite, Benjamin Netanyahu qui a rajouté le nom de certaines personnalités les plus influentes de la Résistance sur la liste de projets d’assassinats du Mossad a reçu le feu vert nécessaire de Trump pour les liquider.

Mohsen Fakhrizadeh, très haut scientifique atomiste iranien travaillant pour le secteur de la Recherche et de l’Innovation du ministère de la Défense, a été lâchement assassiné hier vendredi alors qu’il se trouvait dans son véhicule en banlieue de la capitale Téhéran.  Les autorités iraniennes ont pointé du doigt Israël déjà impliqué dans de nombreux actes terroristes visant l’Iran.  

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 1 =