Le Président du Parlement iranien qualifie de « surprenant » l'ingérence européenne dans l'application de la loi par le gouvernement

Téhéran (IRNA)- Le Président du Parlement iranien, Mohammad Baqer Qalibaf, critiquant la récente déclaration des trois pays européens Téhéran, a déclaré : « La demande des Européens pour la non-application par le gouvernement iranien de la loi sur la levée des sanctions est un geste surprenant ».

Selon l'IRNA, Mohammad Baqer Qalibaf s’exprimant mardi 8 décembre à l’occasion d’une rencontre avec l'ambassadeur italien en poste à Téhéran Giuseppe Perrone, a déclaré : « Les relations irano-italiennes sont vieillies de 160 ans. Ce niveau de relations a conduit à une bonne coopération entre l'Iran et l'Italie. »

Pour le diplomate italien les relations émotionnelles entre les deux pays devrait renforcer la diplomatie parlementaire et les liens intergouvernementaux et interparlementaires.

Soulignant que l'Italie est un pays actif de l'Union européenne, le Président du Parlement iranien a précisé « Les relations Irano-italiennes ne doivent pas être influencées par les actions et comportements unilatéraux, inhumains et illégaux des États-Unis. »

Insistant sur le fait que le volume des relations entre les deux pays n'est pas à la mesure des capacités existantes, M.Qalibaf a noté : « Les relations entre les deux pays devraient être encore élargies qu'auparavant. Les entreprises et les banques peuvent maintenir leurs relations bilatérales et empêcher la coercition américaine d'affecter la profondeur des relations. »

Se référant à la récente déclaration de la troïka européenne ( France, Allemagne, Grande Bretagne) sur un plan d’action adoptée par le Parlement pour une riposte stratégique de Téhéran pour la levée des sanctions et la protection des intérêts du peuple iranien, le haut parlementaire iranien a déclaré: « La déclaration du trio européen qui a appelé notre gouvernement de ne pas appliquer cette loi, nous a surpris. »

« Ces trois pays européens, qui mettent l'accent sur la démocratie et les obligations juridiques, ont fait un geste honteux et étrange », a-t-il encore réagi.

S'adressant à l'ambassadeur d'Italie, le chef du Pouvoir législatif iranien a souligné : « L'Italie ne devrait pas permettre aux trois autres pays de parler au nom de l'Europe. Les trois pays européens, qui n'ont pas réagi à la récente attaque terroriste visant un haut scientifique iranien, le défunt martyr Mohsen Fakhrizadeh, exhorte maintenant le gouvernement iranien à ne pas appliquer la loi officielle de son pays ! »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha