14 déc. 2020, 12:16
Journalist ID: 3058
Code d'info: 84146579
1 Persons

Tags

15 Iraniens sont pris en otage par le régime américain

Téhéran (IRNA) – "Quinze Iraniens sont détenus par les Américains pour la fausse accusation du contournement des sanctions.", a déclaré le secrétaire du Haut Conseil iranien des droits de l'homme.

Dans une interview avec le quotidien Jam-e-Jam, Ali Bagheri Kani a déclaré: "En prenant des Iraniens en otage sous de faux prétextes, les Américains tentent d'échanger avec des criminels de citoyenneté américaine qui sont détenus dans les centres de détention iraniens. Ce cas est manifestement une prise d'otage."

Le député aux affaires internationales du Pouvoir judiciaire iranien a également critiqué la violation des droits des Iraniens vivant au Canada, affirmant que le Canada, malgré le fait qu'environ 500 000 Iraniens vivent dans ce pays, ne permet pas, pour des raisons politiques, la création d'un bureau dans ce pays pour fournir des services consulaires aux Iraniens.

"Pour cette raison, les Iraniens vivant au Canada doivent parcourir des milliers de kilomètres et aller dans un autre pays pour recevoir de tels services consulaires. Aujourd'hui, malheureusement, ces violateurs des droits de l'homme, ou plutôt les tueurs d'êtres humains, sont devenus des défenseurs des droits de l'homme et pratiquent le Show-off des droits de l'homme dans les instances internationales.", a précisé le secrétaire du Haut Conseil iranien des droits de l'homme.

Concernant la poursuite juridique de l'assassinat du Martyr Ghassem Soleimani, Ali Bagheri Kani a déclaré: "Étant donné que plusieurs membres du parlement allemand se sont plaints auprès du parquet pénal allemand de l'implication de la base militaire américaine en Allemagne (Ramstein) et de son rôle dans le guidage électronique des drones impliqués dans l'assassinat du Général Soleimani, Il a été récemment annoncé à l'ambassadeur d'Allemagne à Téhéran que la République islamique d'Iran attend du gouvernement allemand de coopérer avec la justice iranienne pour donner suite à l'affaire de l'assassinat du Général Soleimani et résoudre ses ambiguïtés."

Le Général Ghassem Soleimani, le commandant de la Force Ghods, a été assassiné le 3 janvier 2020, sous l'ordre direct de Donald Trump, dans un acte criminel et terroriste en tirant un missile sur sa voiture près de l'aéroport de Bagdad.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha