Une nouvelle variante du COVID-19 oblige l'Iran et d'autres pays de la région à suspendre les liaisons aériennes avec le Royaume-Uni

Téhéran (IRNA)- L'Iran et certains autres pays du Moyen-Orient ont rejoint une liste de pays interrompant leurs vols à destination et en provenance du Royaume-Uni au milieu des craintes croissantes d'une nouvelle souche COVID-19 plus transmissible originaire du sud-est de l'Angleterre.

Un vice-ministre iranien des Transports a annoncé dimanche soir que sur la base d'une directive du ministère de la Santé, les vols entre l'Iran et le Royaume-Uni sont suspendus pendant deux semaines.

«Compte tenu des nouvelles circonstances entourant la maladie COVID-19 en Angleterre, les vols entre Téhéran et la Grande-Bretagne seront suspendus pendant deux semaines à la discrétion du ministère de la Santé afin de prévenir la transmission de la maladie et d'essayer de maintenir la santé publique», Shahram Adamnejad a dit à IRNA.

La nouvelle souche COVID-19 a déjà incité le gouvernement britannique à imposer des mesures plus strictes dans l'espoir de bloquer la propagation de la maladie hautement infectieuse. «La propagation est due à la nouvelle variante du virus», a déclaré dimanche le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'une conférence de presse.

«Elle semble se propager plus facilement et peut être jusqu'à 70% plus transmissible que la souche précédente.»

Le responsable technique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le COVID-19 Van Kerkhove a déclaré que la nouvelle variante provenait du sud-est de l'Angleterre et avait été identifiée au Danemark, aux Pays-Bas et en Australie.

L'Organisation mondiale de la santé a conseillé aux gens de prendre toutes les mesures de protection pour empêcher la propagation du coronavirus, car elle a annoncé dimanche qu'elle était en contact étroit avec des responsables britanniques au sujet de la nouvelle souche COVID-19.

«Ils continueront à partager les informations et les résultats de leurs analyses et études en cours», a déclaré l'OMS via Twitter. «Nous informerons les États membres et le public au fur et à mesure que nous en apprendrons davantage sur les caractéristiques de cette variante de virus et ses implications.»

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha