Israël et le régime saoudite vont continuer à saboter la mise en œuvre du JCPOA (un chroniqueur américain)

Téhéran (IRNA)- Un journaliste américain a déclaré qu'Israël et l'Arabie saoudite n'arrêteraient pas de s'opposer à la mise en œuvre de l'accord nucléaire iranien de 2015 et de la politique de réduction des tensions.

Conn Hallinan, chroniqueur pour Foreign Policy In Focus, a déclaré à l'IRNA qu'il y avait des signes positifs du changement de stratégie des États-Unis face à l'Iran, avertissant que la politique de réduction des tensions est confrontée à une pierre d'achoppement, qui comprend des ennemis tant aux États-Unis qu'en Asie occidentale.

Quant au plan du président élu américain Joe Biden de lever les sanctions multilatérales imposées par le président sortant Donald Trump contre la nation iranienne, Hallinan a exprimé l'espoir que ce ne serait pas très difficile, mais les lobbyistes saoudiens et israéliens feraient de leur mieux pour gâcher le plan.

Les Saoudiens espèrent pouvoir être impliqués dans une éventuelle négociation sur l'accord nucléaire iranien de 2015, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), qui semble être une demande ambitieuse qui est inacceptable non seulement par l'Iran, mais aussi par la Russie, la Chine, l'Allemagne et les Nations Unies, a noté l'analyste.

Décrivant l'appel du ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas à inclure le programme de missiles balistiques de l'Iran dans tout nouvel accord comme une sorte de violation de l'accord initial, Hallinan a stipulé que ces missiles étaient le seul outil des Iraniens pour répondre aux menaces de missiles d'Israël.

Il a fait valoir que toute nouvelle condition compliquerait la situation, insistant pour que toutes les sanctions anti-iraniennes soient levées.

Répondant à une question sur la présence d'Antony Blinken, John Kerry et Jake Sullivan parmi l'équipe du cabinet proposée par Biden, le chroniqueur a déclaré que Blinken soutenait le JCPOA et que c'était un signe positif; cependant, ces politiciens ont soutenu des frappes militaires contre l'Afghanistan, l'Irak, la Libye et la Syrie; il y a donc des raisons d'être prudemment optimiste.

La prochaine administration des États-Unis veut relancer l'accord nucléaire, mais on ne s'attend pas à ce qu'elle entretienne des relations amicales dans ses relations avec la République islamique d'Iran, a-t-il déclaré.

Cependant, a conclu Hallinan, Biden pourrait exhorter l'Arabie saoudite à cesser de saboter l'accord nucléaire iranien, mais Riyad pourrait ne pas l'accepter et, d'autre part, les Israéliens et les républicains américains insisteraient sur leur soutien aux Saoudiens et s'opposeraient à la mise en œuvre de l'accord international.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha