La « forte résilience » de l'économie iranienne face aux sanctions américaines, reconnue par un média français

Téhéran (IRNA)- En économie, la résilience est la capacité à revenir sur la trajectoire de croissance après avoir encaissé un choc. Réagissant aux évolutions en Iran et les effets des sanctions américaines qui touchent le pays, Atlantico un site d'information français a rapporté : « Au grand dam de l'administration finissante de Donald Trump, qui n'a cessé, depuis 2017 et en particulier depuis mai 2018 date de sa sortie de l’accord nucléaire, d'accroître la pression sur l’Iran afin de l'amener à renégocier cet accord, force est de constater, en ce mois de décembre 2020, que l'économie iranienne est toujours debout. »

« Certes, les revenus pétroliers du pays ont chuté de près de 80% ; le président Hassan Rohani a  estimé que les sanctions avaient engendré une perte de 200 milliards de dollars pour les revenus nets de l'étranger et les investissements. Les taux de chômage et d'inflation ont fortement augmenté, et l'économie est à court de devises étrangères. Néanmoins, il semble que les prévisions d'un effondrement rapide aient péché par excès d'optimisme. De fait, l'administration Trump méconnait fortement le niveau de complexité de l'économie iranienne et son habileté à développer des alternatives. Après plus de quarante ans passés sous sanctions internationales, on se doute que l'Iran a su s'adapter pour survivre, et ces leçons continuent d'être appliquées aujourd'hui », peut-on lire dans un article paru sur le site d’ Atlantico.

« Mais à la différence des pétromonarchies arabes du Golfe Persique, dont l'économie repose totalement sur les revenus pétroliers, l'Iran a su se diversifier pour éviter une dépendance totale aux hydrocarbures », s’étonne encore l’auteur de l’article.

« Certes, les sanctions américaines restreignent fortement l'accès des entreprises iraniennes aux matières premières nécessaires à la fabrication de certains produits ; de plus leur clientèle étrangère est sommée de ne plus faire d'affaires avec l'Iran… Sortis de force du système mondialisé, les Iraniens ont su créer un modèle économique alternatif en re-nationalisant leur production et en régionalisant leurs échanges. En sanctionnant les importations iraniennes, l'administration Trump a ironiquement relancé la production nationale et contribué à créer de nouveaux emplois, même si pas encore en nombre suffisant pour satisfaire les légitimes attentes des Iraniens », décrypte encore l’article.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha