Un responsable russe qualifie de « riposte iranienne » face aux désengagements, l'augmentation du niveau d'enrichissement d'uranium

Moscou (IRNA)- Andrei Sidorov, doyen de la Faculté de politique mondiale de l'Université d'État de Moscou, a déclaré que l'augmentation de l'enrichissement d'uranium de l'Iran à 20% était la réponse de Téhéran aux violations répétitives de l'Occident qui n’a pas pu jusqu’à présent honorer ses engagements liés au Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 ((PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais).

« Cette action de Téhéran était imprévisible mais pas extraordinaire, après deux ans de patience (stratégique) de l’Iran », a déclaré l’universitaire russe à l’occasion d’une interview accordée ce mardi 5 janvier 2021 à l’IRNA.

Lire aussi: L'enrichissement à 20% par l’Iran est «un message» à l'administration Biden (Ancien représentant britannique auprès de l’AIEA)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré hier à propos de la reprise de l'enrichissement à 20%: « Nous avons repris l'enrichissement à 20% au nom d’une résolution votée par l'Assemblée consultative islamique (Parlement iranien). »

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, déclarant aujourd'hui que pour le moment l’Iran produit 17 à 20 grammes d'uranium à 20% toutes les heures, a pour sa part ajouté : « Nous avons une capacité de production de 8 à 9 kg par mois pour atteindre 120 kg prévue par la loi. »

Selon le correspondant politique de l'IRNA, Ali Akbar Salehi s’exprimant aux micros des journalistes en marge du 40e jour de la mort en martyr du savant atomiste iranien, Mohsen Fakhrizadeh le mardi 5 janvier 2021 : « De nombreuses activités sont en cours au sein de l'Organisation, y compris la construction de deux centrales nucléaires à Buchehr. Ce sont les 2 plus grands projets industriels du pays avec un coût d’investissement d'environ 10 milliards de dollars. »

Faisant référence au projet national du Centre iranien de Production et de Développement de produits radiopharmaceutiques (TETRA), le Chef de l’OIEA a déclaré : « Ce Centre radiopharmaceutique et de recherche, le plus grand dans son genre en Asie occidentale, sera implanté sur une étendue de 37 000 mètres. Des équipements d'une valeur de 60 millions d'euros ont été achetés à cette fin pour l'installation. En installant ces équipements, l’Iran sera le plus grand producteur des médicaments contenant des radioisotopes incorporés à des fins médicales sur une vaste région d’Asie. »

Le Chef de l'Organisation de l'énergie atomique a poursuivi : « Pour le moment, avec la même capacité, nous exportons des médicaments de ce type vers 10 à 11 pays, et il est possible de les exporter vers l'Europe, car nos produits radiopharmaceutiques seront conformes aux normes. »

« L'enrichissement à 20% a été fait au nom d’une loi votée par le Parlement iranien. La réduction des engagements par l'Iran va dans le cadre des mesures de rétorsion prévues dans l’accord multilatéral nucléaire et cela ne signifie pas la mort de l'accord nucléaire », a déclaré ce matin le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghtchi.

Lire aussi: Le gouvernement iranien saura désamorcer les sanctions en s’appuyant sur ses «capacités internes»

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 0 =