Derniers jours de Trump et la politique de malveillance : Il est «peu probable» que le Président sortant abuse de son pouvoir contre l’Iran

Téhéran (IRNA) - L'ambassadeur et le représentant permanent d'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht-e Ravanchi réagissant aux scénarios qui se profilent pour les derniers jours de Donald Trump à la Maison-Blanche en ce qui concerne ses politiques de malveillance contre l’Iran a déclaré: « Compte tenu de la situation actuelle aux États-Unis et des sensibilités du parti rival (les démocrates) à l'égard des décisions et actions potentielles de Trump, je pense personnellement qu'il est désormais peu probable qu’il soit une source de préoccupation dans les derniers jours de son mandat, en particulier en ce qui concerne la question du recours à la frappe nucléaire ».

Selon le rapport du samedi soir 9 janvier de l’IRNA, invité à réagir au sujet des récents agissements militaires américains dans la région et des inquiétudes affichées quant à un potentiel usage par Trump de l'arme nucléaire, Majid Takht-e Rarvanchi a jugé « peu probable » que le Président finissant américain passe à l’action.

Cependant, a-t-il déclaré, étant donné que Trump est une personne imprévisible, rien ne doit être exclu et «nous devons rester vigilants et prêts».

Rappelant que le Président instable des États-Unis a fait « beaucoup de choses étranges » depuis ces quatre dernières années à la tête de la Maison-Blanche, le diplomate s’attarde sur les inquiétudes suscitées, depuis la prise d’assaut du siège du Congrès américain, quant à une potentielle utilisation des codes nucléaires par Trump avant la fin de son mandat.

Pour les détracteurs de Trump la situation avec ce président « imprévisible » ne pourrait pas être plus dangereuse.

À onze jours de son départ de la Maison Blanche, le Président finissant est sous le feu des critiques après les violences meurtrières et le coup de force de ses partisans au Capitole et les appels à destituer Trump se multiplient. Plus que jamais isolé le milliardaire va jusqu'au terme de son mandat alors qu’on le juge «inapte» à exercer ses fonctions.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 5 =