14 janv. 2021 à 01:20
Journalist ID: 2385
Code d'info: 84185181
0 Persons
Co-investissement : l’Iran et l’Irak s’allient dans une coentreprise
Le ministre irakien du Commerce Alaa Ahmed al-Jubouri (gauche) et le ministre iranien de l'Énergie Reza Ardakanian lors de l’inauguration d'un salon sur l'eau à Téhéran, 12 janvier 2021(Ana.Press)

Téhéran (IRNA)-Le ministre de l'Énergie faisant part d’un co-investissement irano-irakien à l’initiative de Téhéran a déclaré : « La proposition de l'Iran d'établir un fonds de coentreprise avec l'Irak a été approuvée par le ministre irakien du Commerce et sa création soutiendra le secteur privé des deux pays ».

Selon le correspondant économique de l'IRNA, Reza Ardakanian s’exprimant aux micros des journalistes en marge de la cérémonie de clôture de la quatrième réunion de la Commission mixte de coopération économique Irano-irakienne au ministère de l'Énergie, ce mercredi 13 janvier, a déclaré : « La mise en place d'un fonds d'investissement commun entre l'Iran et l'Irak pour soutenir le secteur privé est un « très bon pas » .

Il a déclaré : « La coopération économique entre les pays et dans ce cas particulier entre l'Iran et l'Irak dépend directement du dynamisme et du développement des activités du secteur privé ».

« L'Irak est un pays en développement et le terrain pour la mise en œuvre de projets de développement y est propice. A cette effet plusieurs entrepreneurs et ingénieurs-conseillers de notre pays sont actifs en Irak », a expliqué le ministre de l’Energie.

Il y a beaucoup de potentiel en Irak. Nous pouvons coopérer avec ce pays pour la mise en œuvre des projets de développement.

« On s’attend à ce que les autorités compétentes irakiennes donnent suite aux arrangements pour la formation d'un fonds de coentreprise, proposés par l'Iran et approuvés par la partie irakienne », a insisté M.Ardakanian.

Reza Ardakanian s’adressant mardi lors de la réunion d'affaires de la Commission mixte de coopération économique irano-irakienne, a déclaré : « Atteindre un niveau commercial supérieur à 20 milliards de dollars nécessite la suppression des barrières douanières, monétaires et bancaires, le libre transfert d'argent, manière d’ouvrir la voie au secteur privé. »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 10 =