Les missiles de croisière de la marine iranienne ont réussi à atteindre des cibles pendant un exercice

Téhéran (IRNA)- Les missiles de croisière de la marine iranienne, tirés du bord de la mer et des navires au cours de la deuxième journée d'un exercice militaire à grande échelle, ont réussi à atteindre des cibles simulées dans le nord de l'océan Indien et dans la zone d'exercice définie.

L’opération a eu lieu jeudi lors de la dernière étape de l’exercice militaire massif de la marine dans la mer d’Oman, baptisé Eqtedar-e Daryayi (Force navale) 99.

Le commandant adjoint de la marine chargé de la coordination, le contre-amiral Hamzeh-Ali Kaviani, porte-parole de la manœuvre, a déclaré que l'Iran avait une capacité très élevée dans le domaine des missiles de croisière et que la marine était en possession d'un large éventail d'entre eux.

«La puissance à fort impact des missiles de croisière avec différentes portées disponibles pour la marine en a fait des armes efficaces dans les batailles navales», a-t-il déclaré.

Le commandant a déclaré que les informations sur certaines des armes et des systèmes utilisés dans l'exercice étaient classifiées et n'avaient pas été rendues publiques.

«Les ennemis doivent savoir qu'en cas de violation et d'empiètement sur les frontières maritimes de la République islamique d'Iran, ils seront visés par des missiles de croisière depuis la côte et la mer», a averti Kaviani.

De plus, pendant l'exercice, le sous-marin Fateh (Conqueror) de fabrication nationale a pour la première fois tiré des torpilles qui ont frappé leurs cibles, a déclaré le commandant.

Des drones, a-t-il ajouté, ont également été utilisés lors de différentes missions de reconnaissance et de combat au cours de l'exercice.

Le premier jour de la manœuvre, l'Iran a inauguré son plus grand navire militaire - le porte-hélicoptère Makran.

La marine a pris livraison du Makran, un navire logistique conçu pour soutenir les missions de la marine dans des eaux plus lointaines, telles que la partie nord de l'océan Indien, le détroit de Bab al-Mandab et la mer Rouge.

Des missiles de croisière sol-sol et des torpilles ont également été tirés à partir de sous-marins développés dans le pays pendant les jeux de guerre, tandis que les unités opérationnelles aériennes, côtières et maritimes ont exercé des tâches spéciales.

La semaine dernière, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a dévoilé une «ville de missiles souterraine» stratégique le long de sa côte sud du golfe Persique, qui, selon la force, était l'une des «nombreuses» installations de missiles de ce type.

L’armée iranienne a également mené son tout premier exercice de drone au début du mois, au cours duquel des centaines de véhicules aériens sans pilote (UAV) de fabrication nationale ont intercepté et détruit de fausses cibles ennemies.

Les exercices militaires surviennent au milieu de tensions accrues avec les États-Unis quelques jours avant que le président belliciste Donald Trump ne quitte ses fonctions.

Au cours des deux derniers mois, l'administration Trump a fait voler des bombardiers stratégiques à capacité nucléaire au Moyen-Orient et déployé un porte-avions de la marine dans la région.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 2 =