L'Iran reviendra sur ses contre-mesures nucléaires une fois que les États-Unis auront levé leurs sanctions (Leader)

Téhéran (IRNA)- L'Iran reviendra sur ses contre-mesures nucléaires une fois que les États-Unis auront levé leurs sanctions d'une manière qui pourrait être vérifiable par Téhéran, a déclaré dimanche le Leader de la révolution islamique l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei.

«L'Iran reviendra à ses obligations envers le JCOPA une fois que les États-Unis lèveront complètement leurs sanctions en action et non en paroles ou sur papier, et une fois que l'allégement des sanctions sera vérifié par l'Iran», a déclaré l'ayatollah Khamenei faisant référence par abréviation au Plan d'action global conjoint, le nom officiel de l'accord nucléaire historique que l'Iran a signé avec le groupe d'États P5 + 1 - États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine plus l'Allemagne - à Vienne en 2015.

L'ayatollah Khamenei a tenu ces propos dimanche à Téhéran lors d'une réunion avec des commandants, des pilotes et des membres du personnel de l'armée de l'air de la République islamique d'Iran (IRIAF).

La réunion a eu lieu à l’anniversaire d’un événement historique survenu quelques jours seulement avant la victoire de 1979 de la révolution islamique iranienne qui a déposé l’ancien régime de Pahlavi soutenu par les États-Unis.

L'événement a vu Homafaran, les officiers de l'armée de l'air de Pahlavi, rompre avec le régime monarchique et prêter allégeance au défunt fondateur de la République islamique, Imam Khomeiny.

Dans le cadre de sa politique de «pression maximale» contre l'Iran, l'ancien président américain Donald Trump a retiré Washington du JCPOA et rétabli les sanctions économiques que l'accord avait supprimées.

Les États-Unis ont également commencé à menacer des pays tiers de «sanctions secondaires» s'ils violaient les interdictions américaines. L'abandon par Trump de l'accord multilatéral était illégal au regard du droit international, car le JCPOA a été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies sous la forme de la résolution 2231.

L'Iran est resté pleinement conforme à l'accord pendant une année entière, mais comme les parties européennes restantes n'ont pas respecté leur part de l'accord, Téhéran a commencé en mai 2019 à réduire ses engagements dans le cadre du JCPOA en plusieurs étapes au titre des articles 26 et 36 de l'accord couvrant les droits légaux de Téhéran.

Dans ses remarques de dimanche, le leader a déclaré que c'était la politique «définitive et irréversible» de la République islamique que les États-Unis devraient d'abord éliminer complètement les sanctions avant que l'Iran ne puisse annuler ses mesures de rétorsion.

Le successeur de Trump, Joe Biden, a manifesté sa volonté de rejoindre le JCPOA, qui a été encré lorsqu'il était vice-président. Cependant, son équipe de politique étrangère a déclaré que l'Iran devrait faire le premier pas en revenant au "plein respect" de l'accord, une condition selon Téhéran inacceptable.

«Les Américains et les Européens n'ont pas le droit de fixer des conditions [de leurs propres] car ils ont violé leurs engagements envers le JCPOA», a déclaré l'ayatollah Khamenei ajoutant que l'Iran ne prêterait aucune attention aux «bavardages» de certains responsables américains et européens «indignes» à cet égard.

«Ils ont d'abord mis certaines sanctions en suspens pendant une brève période, puis les ont réimposées et même intensifiées», a déclaré l'ayatollah Khamenei en référence au respect initial limité de Washington et de ses alliés avec le JCPOA. Par conséquent, ils n'ont pas le droit de proposer des conditions, a réitéré le leader.

L’ayatollah Khamenei a souligné les échecs passés de Washington à nuire à l’establishment islamique d’Iran comme l’une de ses nombreuses erreurs de calcul concernant le pays.

Le dirigeant a en particulier rappelé la prédiction ratée du conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, selon laquelle Washington permettrait avec succès un «changement de régime» en Iran au début de 2019.

«Un de ces idiots de première classe avait dit il y a deux ans qu'ils fêteraient le Nouvel An à Téhéran en janvier 2019», a noté l'ayatollah Khamenei.

«Maintenant, cette personne est entrée dans la poubelle de l'histoire et son patron (Trump) a été expulsé de la Maison Blanche d'une manière humiliante. Par la grâce de Dieu, cependant, la République islamique est toujours debout », a noté le chef.

Le leader a déclaré que les incidents ne devaient pas être sous-estimés et jugés uniquement à la lumière du crépuscule d'un président américain. En fait, ces développements ont marqué «le crépuscule de la réputation, de la puissance et de l’intégrité sociale de l’Amérique», a-t-il noté.

Le chef a conseillé aux responsables iraniens de toujours se méfier de l'ennemi et de ses calculs criblés d'erreurs et «d'augmenter constamment les constituants du pouvoir national».

Il a salué les récents exercices militaires consécutifs mettant en vedette l'armée et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme des tentatives des «enfants de ce pays de renforcer la sécurité nationale», qualifiant ces manœuvres de «source de fierté».

L'ayatollah Khamenei, quant à lui, a dénoncé certains États de la région pour s'être appuyés sur des sources extrarégionales pour leur propre sécurité, notant que ces mêmes puissances étrangères les abandonneraient lorsque leur assistance serait nécessaire.

Le leader a cité des personnalités telles que le monarque iranien, y compris Hosni Moubarak de l’Égypte ou Zine El Abidine Ben Ali de la Tunisie, comme exemples de dirigeants régionaux qui ont placé par erreur leur confiance dans les puissances étrangères.

*Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 13 =