S'il n'y avait pas de sanctions, le vaccin anti-coronavirus serait à la portée de notre peuple aujourd'hui (Jahangiri)

Téhéran (IRNA)- «Sans les sanctions imposées à l'Iran aujourd'hui, nous serions parmi les premiers pays à mettre le vaccin anti-coronavirus à la portée de son peuple», a déclaré le premier vice-président de la République, Ishaq Jahangiri.

Lors d’une rencontre, ce mercredi, avec le directeur régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale (EMRO), Ahmed Salim Saif Al-Mandhari, Jahangiri a ajouté: Les sanctions actuelles contre l'Iran ont été imposées par la même personne (Trump) qui avait violemment traité les politiques et procédures de l'Organisation mondiale de la santé.

Les sanctions sont en contradiction avec les droits humains les plus élémentaires en matière de sécurité sanitaire. Malheureusement, le cri du peuple iranien contre ces comportements répressifs n'a pas bien résonné au niveau mondial, a dit Jahangiri.

L'Iran est un pays riche, et il a besoin d'une aide humanitaire, a affirmé le premier vice-président de la République. «Cependant, avec leurs politiques, les Américains ont entravé la voie pour obtenir nos actifs et nos capitaux; Ainsi, l'Iran est aujourd'hui confronté aux sanctions et à la crise du coronavirus, et les outils et équipements médicaux qu'il avait acquis il y a un an en coopération avec l'Organisation mondiale de la santé ne l'ont pas encore atteint».

L'Iran a des milliards de dollars gelés dans les banques de certains pays asiatiques, et il a dû attendre longtemps pour transférer 50 millions de dollars pour payer la première tranche de la valeur du vaccin Kovax, avant de trouver un canal pour transférer cet argent, a-t-il expliqué.

Nous attendons de l'Organisation mondiale de la santé qu'elle coopère avec nous afin que nous puissions obtenir une quantité adéquate du vaccin, et qu'elle annonce également que la politique de sanctions américaines porte atteinte aux mesures visant à contenir la pandémie, a insisté le responsable.

L'organisation internationale de la Santé doit tout mettre en œuvre pour empêcher les Américains de se comporter de manière inhumaine, selon Jahangiri.

Ailleurs dans ses discours, le premier vice-président de la République a évoqué les capacités de santé et de traitement dont l'Iran regorge, non seulement pour servir son peuple, mais aussi pour coopérer avec les pays de la région et aider les peuples voisins.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 2 =