21 févr. 2021, 23:07
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84237909
0 Persons
Pas de discussions directes avec les États-Unis sur quelque question que ce soit (Téhéran)

Téhéran (IRNA)- Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté l'affirmation d'un responsable américain selon laquelle Téhéran et Washington avaient entamé des pourparlers directs sur les prisonniers américains en Iran et vice versa, affirmant qu'il n'y avait pas eu de discussions directes entre les deux pays sur quelque question que ce soit.

S'exprimant dans une interview télévisée dimanche, Saeed Khatibzadeh a déclaré qu'il y avait un certain nombre de prisonniers iraniens aux États-Unis qui ont été détenus pour de fausses accusations sans passer par une procédure régulière, et que garantir leur liberté a toujours été une priorité pour le gouvernement de la République islamique d'Iran.

Le porte-parole a cependant nié tout contact direct avec les États-Unis sur la situation des prisonniers sous la nouvelle administration américaine, notant que certains messages concernant cette question ont été échangés avec des responsables américains via l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui sert de section des intérêts américains, ou des ministres des Affaires étrangères d'autres pays.

Il a une fois de plus nié catégoriquement toute discussion directe avec l'administration du président Joe Biden sur les prisonniers iraniens aux États-Unis ou les prisonniers américains en Iran.

«Notre politique est de garantir la liberté des prisonniers de nos pays aux États-Unis et nous sommes prêts pour ce problème, mais nous n'avons eu aucune discussion directe avec les États-Unis», a-t-il déclaré.

Plus tôt dimanche, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré que Washington avait commencé à communiquer avec Téhéran au sujet de la détention de citoyens américains.

S'adressant dimanche à «Face the Nation» de CBS News, Sullivan a déclaré que c'était une priorité importante de l'administration Biden de ramener les Américains détenus «en toute sécurité chez eux».

Il a déclaré que l'administration Biden n'accepterait pas une proposition à long terme selon laquelle «ils continuent à détenir les Américains de manière injuste et illégale».

«Nous avons commencé à communiquer avec les Iraniens sur cette question», a déclaré Sullivan lorsqu'on lui a demandé si l'administration avait entamé des «négociations d'otages» avec l'Iran.

À la suite de ses remarques, un responsable iranien informé a nié l’affirmation de Sullivan, affirmant que le gouvernement iranien n’a pas engagé de pourparlers directs avec le gouvernement américain sur la question.

Nour News a cité le responsable anonyme en disant que les individus américains présumés sont «des prisonniers qui ont été détenus conformément à la loi et qui jouissent de droits légaux à tous les stades».

La source bien informée a également rejeté l'utilisation du terme «otage» pour les prisonniers américains comme une déformation des faits par la partie américaine.

La République islamique a nié les allégations selon lesquelles elle détiendrait certains citoyens occidentaux comme ce que les responsables et les médias occidentaux prétendent être des «otages».

L’administration iranienne a déclaré à plusieurs reprises que le pouvoir judiciaire du pays était une entité indépendante, rejetant comme inacceptable toute ingérence étrangère dans la délivrance de peines par des juges iraniens.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha