Vaézi : l’adoption d'une résolution anti-iranienne au sein du Conseil des gouverneurs est destructive

Téhéran (IRNA) – « L’adoption d'une résolution anti-iranienne au sein du Conseil des gouverneurs est destructive et aura un effet négatif sur le point de vue de l'Iran et la coopération avec l'AIEA. », a déclaré le directeur du cabinet du président de la République islamique d’Iran.

Concernant la présentation de la résolution anti-iranienne au Conseil des gouverneurs de l'AIEA, Mahmoud Vaezi a ajouté: « La résolution, qui, selon eux, a été adaptée ces derniers jours, est à notre avis une position non constructive et aura un effet négatif sur les négociations dans le cadre du JCPOA et sur le point de vue de l'Iran vis-à-vis l'AIEA. Ce n'est pas une méthode conviviale et doit être corrigée avant qu'il ne soit trop tard. »

À propos de l’entretien téléphonique du président Rohani avec le président Macron, le chef de la Fondation de Présidence iranienne a déclaré: « Divers sujets ont été soulevés lors de cet appel téléphonique d'une heure, y compris celui du JCPOA; Le président Macron a déclaré, lors ce cet entretien, que l'Europe et les États-Unis, veulent tous deux maintenir l'ordre et honorer leurs engagements, mais cela prendra du temps à cause de la bureaucratie qui existe. »

 Mahmoud Vaézi a noté : « Le nombre de sanctions imposées par les États-Unis contre l’Iran est si élevé que seulement environ 1600 sanctions ont été imposées au cours des quatre années de l'administration Trump. Il y a des sanctions qui devraient être levées sur la base du JCPOA, et certaines discussions ont été soulevées avec le président de la République française sur ce sujet. »

"Notre position est claire ; Les sanctions doivent être levées et les pays européens et les États-Unis doivent prendre des mesures très claires, et en retour, nous ferons de même après avoir vérifié et assuré. », a souligné Mahmoud Vaezi qui s’exprimait en marge de la réunion du cabinet.

Concernant la proposition du président Macron prononcée l'année dernière sur les relations IRAN-USA, le directeur du cabinet du président Rohani a précisé : « Notre situation et celle du JCPOA sont complètement différentes de cette époque. À l'époque, nous avons supposé que l'administration  Trump, ne voudrait pas du tout revenir au JCPOA. Donc, à l'époque, notre suggestion était que les Européens devraient compenser cela par une nouvelle proposition, mais maintenant, le type de négociation est différent. »

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha