L'agence n'est pas un lieu de jeux politiques (Rohani)

Téhéran (IRNA)-Soulignant sur le fait que l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) n'a pas de place pour les jeux politiques, Hassan Rohani, a déclaré: « Le Plan global d’action commun sur le nucléaire de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais) est un tout et il faut le prendre comme tel. Il s’agit d’un accord terminé et nous n'aurons aucune renégociation .»

S’exprimant par visioconférence à l’occasion d’une cérémonie marquant la 54e campagne gouvernementale dans le cadre du plan national du « Saut de production » ce jeudi 4 mars, Hassan Rohani a ajouté : « Nous étions depuis le début pour la coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique. Nous avons toujours eu une très bonne coopération pendant cette période et l’AIEA en est bien consciente ».

Concernant les liens et la coopération entre l’Iran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Président de la RII a appelé l’agence à ne pas politiser le programme nucléaire iranien.

Il a déclaré que Téhéran est prêt à reprendre toute inspection en vertu du droit international si ses demandes légitimes seraient satisfaites.

Le Chef du gouvernement iranien a également averti l’agence de ne pas se permettre que ses relations amicales avec l'Iran soient détruites.

Il a également mis en garde certains pays européens qui se posent en « ami » mais qu’ils cherchent en effet à saper les coopérations, contre tout geste contreproductif.

Plus loin dans ses propos Hassan Rohani a averti les Etats-Unis de ne pas perdre de temps et de lever immédiatement les sanctions anti-Téhéran afin de préparer les bases des négociations :

« Nous avons résisté et patienté trois ans contre les violations et les actes terroristes de la précédente administration américaine. Vous n'avez pas rempli vos devoirs humains même pendant la crise des coronavirus. L’administration américaine précédente doit avoir honte envers les nations, en particulier la grande nation iranienne, pour les atrocités qu’elle a commises contre cette bonne nation civilisée. C’est la part d’ombre de votre histoire. »

Hassan Rohani a réitéré sur le fait que la République islamique se conformerait pleinement à l'accord sur le nucléaire si les États-Unis lèvent les sanctions.

Le Président iranien a déclaré que le PGAC est un accord déjà conclu et endossé par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU et qu’il ne sera pas modifié.

« Seul la diplomatie peut résoudre les différends », a conclu le Président.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha