Les pays violant les droits des nations ne peuvent pas prétendre aux droits de l'homme (Téhéran)

Téhéran (IRNA)- Tout en rejetant le projet de résolution sur la situation des droits de l'homme en Iran, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a souligné que les pays qui violent les droits d'autres nations ne peuvent pas siéger en position de revendicateur dans un pays.

Saeed Khatibzadeh a fait ces remarques ce mercredi en réaction à l'approbation d'une résolution d'un groupe de pays contre la République islamique d'Iran lors de la 46e réunion du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et a déclaré que cette résolution avait été approuvée par un vote et était le résultat de votes dissidents, faibles et d'un manque de consensus international et l'acceptation.

Un certain nombre de pays européens ont été le principal facteur dans l'adoption de cette résolution et l'ont votée, a ajouté Khatibzadeh.

Dans cette résolution, l'ordre du jour du Rapporteur spécial, dont les rapports ne mentionnent pas la mort de dizaines d'enfants innocents et de centaines de patients innocents en raison de la difficulté d'accès aux médicaments et l'équipement médical ainsi que la violation flagrante du «droit à la vie» et du «droit d'accès au traitement» de milliers de citoyens iraniens qui ne lui importent pas, ont été prolongés.

Comme on l’a souligné à maintes reprises, la nomination d’un Rapporteur spécial sur les droits de l’homme pour un pays comme l’Iran est fondamentalement «injustifiée et non constructive», un pays qui, malgré les pressions oppressives du terrorisme économique américain, a toujours été à la hauteur de ses engagements envers ses citoyens et la communauté internationale.

Les partisans de cette résolution devraient en premier lieu condamner les actions du gouvernement américain en raison du terrorisme économique et de l'escalade des sanctions unilatérales et oppressives et leurs effets destructeurs sur l'accès des Iraniens aux produits de première nécessité tels que l'équipement médical et les articles dans la lutte contre le nouveau coronavirus, COVID-19, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Khatibzadeh.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha