13 avr. 2021 à 00:00
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84293470
0 Persons
L'Iran condamne les sanctions de l'UE contre 8 responsables iraniens

Téhéran (IRNA)- Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que la République islamique envisage des contre-sanctions en réponse aux nouvelles interdictions imposées à plusieurs individus et entités iraniens par l'Union européenne tout en suspendant toutes les discussions avec le bloc dans divers domaines.

Saeed Khatibzadeh a fait ces remarques lundi après que l'Union européenne a annoncé qu'elle avait imposé des sanctions allant des interdictions de voyager au gel des avoirs à huit Iraniens, y compris le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le général de division Hossein Salami, et trois prisons pour des motifs sans fondement liés aux droits de l'homme.

«La République islamique d’Iran envisage des sanctions réciproques en réaction à la mesure de l’UE, dont les détails seront annoncés plus tard», a déclaré le porte-parole, ajoutant: «L'Iran condamne fermement cette mesure et la considère comme dépourvue de toute crédibilité.»

«Sans aucun doute, de telles mesures n'ont aucune valeur car elles ont été prises par de faux prédicateurs des droits de l'homme, qui sont restés silencieux sur la base de motifs politiques et n'ont exprimé que des regrets face à la violation des droits du peuple iranien sous des conditions inhumaines et illégales. Les sanctions américaines, et même les ont acceptées », a déclaré Khatibzadeh.

Il a ajouté que les nouvelles interdictions de l'UE ne feraient qu'apporter plus de honte à ceux qui abusent de concepts aussi nobles que les droits de l'homme.

«En réaction à cette mesure de l'UE, le ministère des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran met fin à tous les pourparlers globaux avec l'Union européenne, y compris les discussions sur les droits de l'homme, ainsi que toutes les formes de coopération émanant de ces pourparlers, en particulier dans les domaines du terrorisme, drogues illicites et réfugiés », a déclaré Khatibzadeh.

Cela est intervenu après quatre jours de discussions entre les représentants de l'Iran et les parties restantes à un accord nucléaire historique entre l'Iran et les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), qui s'est achevé vendredi dans la capitale autrichienne, Vienne.

En décembre dernier, les législateurs iraniens ont fermement condamné la résolution du Parlement européen qui a censuré l’Iran sous prétexte de protéger les droits de l’homme et menacé de prendre des mesures réciproques.

Pas moins de 225 parlementaires ont publié une déclaration le 20 décembre, trois jours après que le PE a ratifié la résolution sur les sanctions visant un certain nombre de responsables iraniens, que le législateur européen a accusés de violer les droits de l'homme.

Les législateurs iraniens ont critiqué la résolution comme un exemple clair d’ingérence dans les affaires intérieures de la République islamique, attirant l’attention sur la façon dont l’UE s’était abstenue de condamner l’assassinat d’un scientifique nucléaire iranien de haut niveau fin novembre.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 0 =