Les sanctions et le sabotage ne donneront pas aux États-Unis un outil de négociation

Téhéran (IRNA) – Réitérant sur le fait que l’Iran n’a aucun problème à revenir au Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais), le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif a déclaré : « Les Américains doivent savoir que ni les sanctions ni le sabotage ne leur donneront les outils de négociation, et ces mesures ne feront que la situation encore plus difficile pour eux ».

Selon le correspondant politique de l'IRNA, Mohammad Javad Zarif s’exprimant à l’occasion d’une conférence de presse conjointe aux côtés de son homologue russe, Sergueï Lavrov, ce mardi 13 avril à Téhéran a déclaré : « Aujourd'hui à Téhéran, nous avons accueilli un vieil ami et collègue qu’est Sergueï Lavrov. La Russie est un pays important pour la République islamique d'Iran (RII), qui entretient diverses relations politiques, culturelles, économiques, sécuritaires et stratégiques avec la RII. »

« Sur la base des décisions des dirigeants des deux pays, diverses coopérations régionales et internationales sont en cours. Aujourd’hui cette coopération est plus large et plus stratégique que jamais. Nous sommes heureux que notre coopération bilatérale dans la région soit au service de la paix et de la sécurité et pour y prévenir et arrêter l'effusion de sang, ainsi que pour lutter contre le terrorisme et l'extrémisme. Nous continuerons cette coopération mutuelle dans le cadre du processus d’Astana (pour la paix inter-syrienne) et sous d’autres formes », a insisté le ministre iranien des Affaires étrangères.

Zarif a ajouté : « Nous avons eu de très bonnes discussions aujourd'hui, un accord culturel a été signé entre les deux pays. Nous avons également eu de très bonnes discussions dans d'autres domaines, de l’économie jusqu’à la coopération nucléaire, et nous avons eu de bonnes ententes à cet effet. »

Il a poursuivi en rappelant que nous avons parlé de coopération régionale dans le golfe Persique : « Il faut que les pays du golfe Persique et d'autres puissent aborder les questions dans le cadre du dialogue, à l'exception bien sûr PGAC (Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien de 2015, JCPOA selon son acronyme anglais), qui est une question indépendante. »

« Nous avons eu de bonnes discussions sur l'Afghanistan et nous nous sommes penchés sur des coordinations pour renforcer le processus de paix et du calme en Afghanistan et des voies de sortir de la crise compliquée actuelle qui touche le pays. »

« Nous avons également eu des entretiens, sérieux et amicaux, sur le PGAC et pour plus de coordination en faveur de la levée des sanctions. », a fait savoir Javad Zarif.

Le très haut diplomate iranien n’a pas manqué de remercier la Russie pour sa position ferme contre l’acte de sabotage visant le site nucléaire iranien de Natanz.

« Il est nécessaire que cette coopération se poursuive et que les États-Unis lèvent toutes les sanctions sans cesser de remplir leurs obligations, et l'Iran prendra des mesures (pour revenir pleinement à ses engagements liés au PGAC) après la vérification », a encore déclaré Javad Zarif.

 «Nous n'avons aucun problème à respecter les engagements liés au PGAC, comme l'a réaffirmé le Leader de la RII (l’Ayatollah Khamenei). Les Américains doivent savoir que ni les sanctions ni le sabotage ne leur fourniront jamais un outil de négociation. Ces mesures ne feront que rendre la situation plus difficile pour eux », a conclu le Chef de la diplomatie iranienne toujours aux côtés de son homologue russe à Téhéran.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 4 =