L'Iran n'oubliera pas ses partenaires de l’ère des sanctions

Téhéran (IRNA) - "Nous n'oublierons pas les pays partenaires au cours des sanctions. Notre politique est basée sur ce principe que les investisseurs étrangers produisent leurs marchandises à l'intérieur de l'Iran. Nous devons prêter une attention particulière à l'entrée de la technologie et de la production à l'intérieur et nous ne devons pas être de simples consommateurs.", a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique.

Dans une interview accordée à l'IRNA, Rassoul Mohajer, a annoncé la formation du poste spécial du vice-ministre chargé de la diplomatie économique au sein du ministère iranien des Affaires étrangères et a insisté sur le rôle de cette structure dans les relations extérieures de la République islamique d'Iran.

"Nous sommes confrontés à une guerre économique à part entière. Le gouvernement et toutes les différentes institutions américaines ont cherché et cherchent à fermer toutes les ouvertures économiques de l'Iran. L'usage de l'expression d'une véritable guerre économique n'est pas une exagération. Ces dernières années, toutes nos banques et tous nos navires ont été sanctionnés et les Américains ont tenté d'empêcher tout navire iranien de naviguer.", a ajouté ce haut diplomate iranien.

Soulignant la nécessité de se concentrer davantage sur les pays voisins, ce responsable iranien a précisé: "Nos principaux partenaires économiques sont aujourd'hui des pays comme l'Irak, l'Afghanistan et les Émirats Arabes Unis."

Faisant référence à la croissance des exportations non pétrolières de l'Iran, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré: "En raison de la propagation du coronavirus, nous avons été témoins de la récession économique de divers pays à travers le monde. L'économie iranienne n'était pas à l'abri de la récession, et en plus des effets de l'épidémie de Covid-19, l'économie iranienne était aux prises avec des sanctions américaines sévères. Malgré ces circonstances, nous avons essayé d'améliorer nos relations et surtout de développer nos liens avec nos voisins et des pays importants comme la Chine, l'Inde et la Russie."

"La Chine est le premier partenaire économique de l'Iran, représentant 26% de notre commerce extérieur, et l'Irak, les EAU et l'Afghanistan sont les premiers importateurs de produits non pétroliers de l'Iran.", a remarqué Rassoul Mohajer.

Faisant référence au déblocage des fonds iraniens, le vice-ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique a déclaré: "Je suis optimiste quant à la libéralisation de ces fonds iraniens. La pression maximale de Trump n'était pas efficace contre la résistance du peuple iranien. Le but des sanctions était de faire pression sur le peuple, mais le peuple a bravement résisté, et cette résistance du peuple a renforcé la position de nos diplomates dans les pourparlers de Vienne. Les perspectives sont positives et j'espère que nous verrons de nouvelles ouvertures fondées sur la résistance de la nation iranienne."

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Tags

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha