L'envoyée iranienne à l'ONU dénonce les effets néfastes des sanctions sur le développement social

Téhéran (IRNA)- L’ambassadrice adjointe d’Iran auprès des Nations Unies a dénoncé les sanctions unilatérales comme un obstacle majeur au progrès social et économique dans les pays en développement.

L'Ambassadrice et Représentante permanente adjointe de l'Iran auprès des Nations Unies, Zahra Ershadi, a prononcé un discours lors du 6e Forum annuel multipartite sur la science, la technologie et l'innovation au service des objectifs de développement durable (ODD), qui s'est tenu mercredi.

Dans son discours au forum, convoqué par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies pour le développement durable (ECOSOC), Ershadi a critiqué les sanctions unilatérales illégales et injustes contre les pays en développement comme un obstacle à la pleine réalisation du développement économique et social.

«Le droit au développement, y compris le droit d'avoir accès aux nouvelles technologies pour les pays en développement, ne serait pas réalisé dans un environnement où le multilatéralisme est soumis à de fortes pressions», a-t-elle ajouté.

L'envoyée iranienne a également souligné que la science et la technologie sont parmi les outils les plus essentiels disponibles pour lutter contre la crise sanitaire mondiale actuelle du COVID-19. Elle a ajouté que la science, la technologie et l'innovation (STI) sont parmi les principaux moyens de mise en œuvre du développement durable et sont considérées comme une variable stratégique importante dans la planification du développement national.

Soulignant l'importance du renforcement des capacités des pays en développement ainsi que de la promotion de la coopération régionale et internationale, elle a déclaré que le transfert de connaissances et de savoir-faire sans discrimination et politisation dans le domaine de la science est extrêmement important et devrait être une priorité, en particulier au regard des technologies nouvelles et émergentes sans lesquelles les tentatives visant à lutter contre le COVID, vers le développement ainsi que les efforts visant à combler les lacunes technologiques et à combler les fractures numériques seraient voués à l'échec.

La diplomate iranienne a également souligné le rôle de la Commission de la science et de la technologie au service du développement en tant que point focal des Nations Unies pour les questions liées à la STI, et a évoqué l’importance de soutenir les politiques et activités des pays en développement dans les domaines de la STI par le biais de la coopération Nord-Sud, Sud-Sud et triangulaire dans les domaines de l’assistance financière et technique, du renforcement des capacités et du transfert de technologie. Elle a également demandé une augmentation de l'aide publique au développement (APD) visant le développement des capacités de STI dans les pays en développement.

Ershadi a également souligné que le droit au développement, y compris le droit d'avoir accès aux nouvelles technologies pour les pays en développement, ne serait pas réalisé dans un environnement où le multilatéralisme est soumis à de fortes pressions.

Elle a exhorté la communauté internationale à adopter d'urgence des mesures efficaces pour éliminer le recours à des mesures coercitives unilatérales, y compris des sanctions unilatérales illégales et injustes contre les pays en développement qui entravent leur plein développement économique et social et constituent un obstacle sérieux à la lutte contre la pandémie actuelle, en particulier en ciblant les citoyens ordinaires et leur droit à la vie et à la santé.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha