Attaque contre la tour des médias à Gaza; la folie sioniste pour censurer les crimes contre les Palestiniens

Téhéran (IRNA) – Suite à la frappe du régime sioniste contre l'immeuble des médias étrangers à Gaza, les médias internationaux, des personnalités politiques et des institutions diplomatiques ont condamné cet acte criminel, la qualifiant de tentative de censure et de dissimulation des crimes flagrants du régime sioniste contre le peuple palestinien.

Une frappe aérienne de l'Armée sioniste samedi a détruit la tour Al-Jalaa, le bâtiment qui abritait des journalistes travaillant pour l'Associated Press, Al Jazeera et les médias locaux.

Cet acte criminel du régime sioniste est décrit par les activistes internationaux comme la violation de la liberté de presse.

Gary Pruitt, le président de l'Associated Press, a déclaré samedi qu'il était "horrifié" après que l'armée israélienne ait détruit le bâtiment qui abritait son bureau local.

La chaîne Qatarienne Al-Jazeera aussi, dans une déclaration, a fermement condamné la destruction de son siège à Gaza et a appelé les Nations Unies à soutenir les journalistes.

"La destruction de notre bureau par le régime sioniste est contraire à tout le droit international et à la civilisation humaine. Le délai pour évacuer la tour était très court. Le comportement brutal des sionistes cible la vie de nos journalistes, et empêche ainsi la diffusion de la vérité.", indique le communiqué d'Al-Jazeera.

La chaîne qatarienne a blâmé le régime sioniste pour ces actions, ajoutant qu'il prendrait les mesures juridiques appropriées.

Mais à part de ces deux médias directement concernés, les personnalités internationales et les défenseurs des droits de l'homme ont sérieusement critiqué cet acte criminel du régime sioniste contre la liberté d'expression et la liberté de presses.

Le chef de la Commission islamique britannique des droits de l'homme, Massoud Shajareh, a déclaré à ce sujet: "Les sionistes ne peuvent pas supporter d'entendre la vérité. Quiconque révèle la vérité, le régime sioniste utilise n'importe quel moyen, y compris les frappes aériennes, pour le menacer et l'arrêter."

Cet activiste international a ajouté que ces actes du régime sioniste contre la libérée d'expression ne se limite pas aux territoires occupés et que ceux qui soutiennent la Palestine dans d'autres pays aussi sont brutalement cibles des oppressions sionistes.

Le chef du bureau de la chaîne Al-Mayadeen auprès des Nations Unies a souligné: "Cette frappe des Sionistes est contraire à toutes les lois."

Nazar Aboud a considéré les crimes sionistes comme le résultat du feu vert des États-Unis et de l'Europe, et a déclaré que le Conseil de sécurité doit imposer des sanctions contre le régime sioniste.

Un membre éminent du plus grand mouvement anti-guerre britannique a déclaré, à ce sujet, que la démolition de l'immeuble des agences de presse à Gaza par le régime d'occupation sioniste est le symbole d'une attaque contre la liberté d'expression et d'une tentative de censurer les informations sur les crimes commis en Palestine occupée.

"Le flux d'informations se poursuit à travers les réseaux sociaux malgré ces tentatives. L'appel à la libération des Palestiniens est également entendu à travers des manifestations à l'échelle nationale. Les bâtiments peuvent être détruits, mais la vérité est toujours vivante.", a précisé Stephen Bell.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha