5 juin 2021, 00:29
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84355356
0 Persons
Le Premier ministre irakien crois en l'augmentation du visa pour les visiteurs iraniens en Irak

Téhéran (IRNA)- Le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhimi a déclaré à propos de la possibilité pour les Iraniens d'obtenir un visa pour l'Irak à l'aéroport dans un proche avenir, qu'il croyait en l'augmentation du visa pour les visiteurs iraniens en Irak et qu'il y travaillerait certainement.

«Nous travaillerons à faciliter les relations futures en ce qui concerne la question des visas, et nous avons préparé une étude que nous étudions actuellement dans laquelle nous discutons avec nos frères et collègues de la République islamique pour trouver une issue à la question de visa, Je crois en la levée du visa pour les visiteurs iraniens en Irak, et nous allons certainement y travailler, et essayer de l'étudier avec des bureaucrates ici en Irak et en Iran, et nous essayons de faciliter certaines circonstances et certaines questions pour atteindre le stade où les visas entre la République islamique et l'Irak sera bientôt levé, si Dieu le veut», a affirmé le Premier ministre irakien.

En réponse à une question sur la possibilité et le moment de visiter les sanctuaires sacrés en Irak pour les Iraniens, il a déclaré : En ce qui concerne la visite des sanctuaires, en particulier la visite d'Arbaeen, nous travaillons certainement à créer des conditions favorables pour les visiteurs.

Mustafa Al-Kazemi a ajouté que l'épidémie du coronavirus a empêché la visite au cours de la dernière période et a posé certains obstacles et conditions. Après avoir terminé la vaccination et contrôlé l'épidémie, les Irakiens s'efforceront de faciliter cette visite à ses niveaux antérieurs, plus élevés et plus, car la visite n'est pas seulement une visite religieuse, mais plutôt une visite culturelle, idéologique et historique, et les deux pays doivent renforcer les relations à travers ces visites.

Au début de l'entretien avec un certain nombre de correspondants iraniens, le Premier ministre irakien a déclaré qu'il était fier que les relations de l'Irak aujourd'hui avec la République islamique soient à leur meilleur et qu'il soit peut-être le Premier ministre qui a le plus travaillé sur les questions irakiennes et intérêts communs iraniens.

Le texte intégral de l'interview d'Al-Kadhimi avec des journalistes iraniens est le suivant :

Au nom d'Allah, le plus miséricordieux, le plus miséricordieux

Bienvenue dans votre pays, l'Irak, à Bagdad, la ville de la paix. Je voudrais d'abord vous faire part des circonstances qui ont conduit à la formation de ce gouvernement qui, contrairement à ses prédécesseurs qui ont régné en Irak depuis le renversement de la dictature de Saddam, n'était pas le résultat d'élections, mais directement d'un enchaînement exceptionnel d'événements vécus par le pays.

Il y a eu des protestations et des mouvements populaires partout dans les rues irakiennes qui ont conduit à la démission du gouvernement d'Adel Abdul Mahdi.

Cependant, les blocs politiques chiites ne sont pas parvenus à un accord sur un Premier ministre, cependant, de nombreux noms ont été soumis. J'ai été nommé par le Président pour assumer le poste de Premier ministre.

Afin d'accepter la responsabilité, j'ai stipulé qu'une claire unanimité chiite soit sur moi, et il en fut ainsi. Un consensus chiite complet m'a confié la tâche de diriger ce gouvernement, et il y avait trois revendications :

- Organiser des élections justes et appropriées dans les meilleurs délais.

- Préserver l'économie irakienne de l'effondrement dû à la crise économique due à la chute des prix du pétrole et aux répercussions de la pandémie de Corona. Et cela;

- L'Irak devient un pays sûr qui garde le contrôle sur : les armes indisciplinées, les gangs du crime organisé, ainsi que les groupes terroristes de Daech.

Ma nomination est venue avec ces circonstances complexes, et mon objectif en premier lieu, était de travailler à mettre fin aux problèmes politiques en Irak qui, franchement, étaient très graves.

Je sais que les médias iraniens véhiculent un point de vue unilatéral. Aujourd'hui, je représenterai honnêtement tous les Irakiens et nos déclarations véhiculeront un point de vue national irakien. En tant que Premier ministre, on me confie la tâche des élections et mon objectif est de la réaliser. Je n'ai aucun intérêt personnel et je protégerai l'intérêt de tous.

Nous avons travaillé avec l'élite politique, pour démanteler les problèmes politiques et les divisions dans la rue. Notre objectif était de combler les écarts ou d'atteindre un consensus entre les blocs politiques irakiens, y compris les chiites, et le public. Nous avons réalisé des progrès à cet égard. Dans le même temps, nous avons travaillé très dur pour régler les situations compliquées apportées par les escalades étrangères en cours sur les territoires irakiens. Nous avons fait de notre mieux pour éviter que l'Irak ne devienne un champ de bataille, une arène de conflits. Au contraire, il pourrait devenir un dôme pour la paix et le rapprochement. Nous avons travaillé en nous concentrant sur les points de chevauchement au lieu de mettre en évidence les points de différence.

La plupart des places de Bagdad, ainsi que d'autres villes irakiennes, étaient animées d'activités de démonstration au quotidien. Certaines places étaient pleines à craquer 24 heures sur 24. Ainsi, nos villes sont presque devenues vides d'affaires. Nous avons réussi à convaincre les manifestants d'exprimer leurs revendications de manière alternative. Il y avait un accord pour écouter leurs revendications et leurs droits.

Mon gouvernement a également été témoin d'une escalade de Daech (EI), au lendemain de la grande victoire remportée par les Irakiens de toutes les composantes qui ont été soutenus par tous les amis de l'Irak, y compris la République islamique d'Iran, qui a un rôle majeur en soutenant l'Irak dans la lutte contre Daech. Ce gouvernement est arrivé alors que l'Irak connaissait une situation économique difficile, alors que les revenus pétroliers s'effondraient à près d'un dollar le baril. En outre, la part engagée de l'Irak dans l'OPEP a été réduite à 50 %. Enfin, les caisses publiques étaient presque vides.

Je suis le premier Premier ministre en Irak à recevoir un mauvais solde en espèces. L'argent disponible était si faible qu'il ne pouvait répondre à aucune obligation vis-à-vis des employés et des citoyens. Pourtant, nous avons développé un programme de réforme économique (le livre blanc à long terme) qui prend cinq ans à mettre en œuvre. Nous avons également fourni des fonds pour payer l'engagement de l'État envers ses citoyens. Il y avait un chaos sans limites, dû à la mauvaise gestion et à la corruption. Plus de 7,5 millions des 40 millions d'habitants de l'Irak sont des fonctionnaires ou des retraités.

En fait, le système politique post-Saddam a reçu de nombreux coups, notamment : la guerre d'al-Qaïda, la guerre de Daech, puis le chaos des tentatives infructueuses des blocs politiques pour accommoder tous les Irakiens. Ces situations ont conduit à des manifestations et à des protestations qui ont affecté la structure de l'État irakien.

En plus du Livre blanc économique, nous proposons des projets de réforme dans les domaines de l'agriculture, de l'industrie et de la santé. Nous avons travaillé très dur pour fournir des vaccins ; L'Irak était le seul pays de la région à avoir fourni les trois vaccins COVID disponibles dans le monde.

Nous nous sommes également engagés à mettre un terme aux problèmes politiques et diplomatiques étrangers de l'Irak. L'Irak a été accusé d'être un État défaillant. L'intérêt mondial pour l'Irak avait diminué et l'Irak était presque isolé. Nous avons réussi à reconstruire de bonnes relations avec tous les pays amis de l'Irak et avec les voisins arabes. De même avec la République islamique d'Iran, la Turquie, la région islamique, ainsi qu'avec l'Europe. Je suis fier que les relations de l'Irak avec l'Iran soient à leur meilleur maintenant. Je suis peut-être le premier ministre qui a travaillé plus que ses prédécesseurs sur les intérêts communs irako-iraniens et qui a fait avancer les relations. Je suis fier d'avoir été franc dans le développement d'une relation constructive au profit des deux pays.

En ce qui concerne les relations extérieures, comme je vous l'ai dit, nous avons établi des relations équilibrées avec tous les voisins. Aucun échange n'a été fait aux dépens d'un autre pays, notamment avec l'Iran. Notre relation a été historique, stratégique et tournée vers l'avenir ; c'est pourquoi nous avons réussi à signer un protocole d'accord et un accord pour la construction du projet de chemin de fer Shalamcheh-Basra, qui est au point mort depuis 2005. Nous n'avons aucun souci de nouer des relations avec l'Iran, tant que les intérêts nationaux des deux pays sont pris en compte. Le mois dernier, le Conseil des ministres a voté l'accord, et si Dieu le veut, il sera bientôt exécuté pour servir les pèlerins et maintenir le commerce entre nos deux pays.

Il y avait une grande coordination en termes de commerce, de douanes, de tarifs, ainsi que dans la construction de bonnes relations économiques. Nous travaillons toujours dur pour développer un accord sur la stabilité de l'ensemble de la région où l'Irak prend part parmi de nombreux pays de la région. La stabilité de notre région est une stabilité pour tous les pays. Je répète qu'il y a une opportunité de construire ces relations maintenant, parce que l'Irak dans le passé était comme un homme malade, à cause des politiques imprudentes de Saddam, qui ont mis l'Irak dans une situation difficile. Nous devons tirer les leçons du passé et nous abstenir de répéter les mêmes erreurs. Nous devons faire progresser les investissements et développer nos pays, et fonder nos relations sur les intérêts économiques, ainsi que sur les intérêts de nos peuples.

Nous nous sommes occupés de tout cela en un an. Nous avons pu, dans des circonstances difficiles et complexes, surmonter de nombreux problèmes et obstacles sur la voie du rétablissement de la confiance des citoyens dans le système politique et de leur croyance en des élections justes et intégrales afin que chacun fasse sa part dans la construction de ce pays. IRNA : Comment évaluez-vous la coopération sécuritaire entre l'Irak et l'Iran dans la lutte contre le terrorisme ? Quel est l'état actuel de la coopération sécuritaire entre les Quartets : Iran, Irak, Russie et Syrie dans la guerre contre le terrorisme ?

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha