Les pourparlers de Vienne doivent attendre le nouveau gouvernement en Iran (Araghtchi)

Téhéran (IRNA) - Seyyed Abbas Araghtchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères et chef de la délégation iranienne aux pourparlers de Vienne sur la relance de l’accord nucléaire de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais) a déclaré dans un tweet émis ce samedi que les pourparlers de Vienne devraient attendre le nouveau gouvernement (celui d’Ebrahim Raïssi) en Iran.

« Nous sommes dans une période de transition et un transfert démocratique du pouvoir est en cours à Téhéran », a tweeté Araghtchi, selon l’IRNA samedi soir 17 juillet.

Il a ajouté : « Il est clair que les pourparlers de Vienne doivent attendre le nouveau gouvernement en Iran. C'est une exigence de toute démocratie. »

Le diplomate de haut rang iranien a déclaré que les États-Unis et la Grande-Bretagne devraient comprendre cela et cesser de lier un échange humain qui est prêt à avoir lieu avec les pourparlers sur la relance du PGAC.

« Tenir l'échange (de prisonniers) en otage d'objectifs politisés entraînera à la fois la perte d'échange et du PGAC », a prévenu le Vice-ministre iranien des A.E. .

Le chef de la délégation iranienne aux pourparlers de Vienne sur la relance du PGAC a poursuivi : « 10 prisonniers de tous bords peuvent être libérés demain, si et seulement si les Etats-Unis et la Grande-Bretagne remplissent leurs obligations en vertu de l'accord ».

L'Iran s’est déjà dit « ouvert » à la précédente administration américaine de l'ancien Président, Donald Trump, à procéder à un tel échange de prisonniers, mais Washington a insisté pour prendre les Iraniens en otage et a refusé de s'asseoir à la table des négociations.

Nombreux Iraniens sont également emprisonnés dans des pays tiers à la demande de Washington.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha