« Il est devenu clair dans cette administration, que la confiance aux Occidentaux ne fonctionne pas » (Leader)

Téhéran (IRNA)- D'autres devraient utiliser les expériences de l’administration de M. Rohani, dont l’expérience de se méfier de l'Occident. Dans cette administration, il s'est avéré que la confiance aux Occidentaux ne fonctionne pas. Ils n'aident pas et nuisent partout où ils le peuvent, a déclaré mercredi le Guide suprême de la révolution l’ayatollah Khamenei.

Au nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de l'univers, et paix et salutations à notre Maître Muhammad, et à sa Lignée pure, en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur Terre !

Que l'Aïd al-Ghadir soit une bénédiction pour tous les croyants, pour les chers amis ici présents, et pour la nation iranienne, In cha Allah ! C'est une fête très importante. L’événement de Ghadir est l’un des événements incontestables (bien que tout au long de l'Histoire, certains écrivains, historiens et autres aient tenté de semer des doutes sur certains détails - auxquels nous avons répondu), il n'y a aucun doute sur l’authenticité de cet événement et le fait que le Saint Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) a présenté, ce jour-là, l’Emir des Croyants en ces termes : « Ali est le Maître de tous ceux dont je suis le Maître ». C'est un fait incontestable. Ce n'est pas seulement nous qui le disons. Ceci est également reconnu par de grands érudits, écrivains et intellectuels sunnites. Par exemple, le célèbre écrivain égyptien, Muhammad Abdul-Ghani Hassan, qui a écrit un commentaire d’Al-Ghadir, le livre de l'Allamah Amini, et a dit que l'événement d'al-Ghadir était incontestable. Donc, l’Aïd al-Ghadir est une question très importante.

Depuis les premiers siècles de l’islam, l'Aïd al-Ghadir a été une fête populaire. L’Allamah Amini (Que Dieu lui accorde le paradis), dans [son œuvre] Al-Ghadir, nomme certains textes historiques qui font référence aux événements qui ont eu lieu « le jour d'al-Ghadir » ou « le dix-huitième jour de Dhul-Hidja [Jour d'al-Ghadir] ». En d'autres termes, il y a eu de nombreux événements au début de l'histoire de l'Islam – comme à l'époque des califes Fatimides en Égypte et dans d'autres pays – qui font référence à l'Aïd al-Ghadir.

Le regretté Allamah Amini cite 110 compagnons du Saint Prophète (as), présent lors de l'événement d’al-Ghadir. Cela signifie qu'il existe des récits et des documents très fiables, citant 110 compagnons du Saint Prophète (as). Le fait que ce grand nombre de compagnons aient relaté ce hadith et cet événement, est très important. De plus, les déclarations du Commandeur des Croyants (l’Imam Ali), sont aussi très importantes. À de nombreuses reprises, le Commandeur des Croyants (as) – cette langue sincère et cette voix de Dieu – s'est appuyé sur l'événement d'al-Ghadir pour faire face à ses adversaires. Par exemple, pendant la bataille de Siffin, il a prononcé un sermon pour ses troupes, où il explique la question d'al-Ghadir et rapporte les paroles et les actions du Saint Prophète (as) lors de cet événement (le prophète (as) a dit) : « Ali, lève-toi ! » Je me suis levé et il a pris ma main et a dit : « Dieu est notre Seigneur et Il a fait de moi votre Maître [Maula], quiconque me considère comme son Maître doit également considérer cet Ali (le désignant spécialement) comme son Maitre ». Le Commandeur des Croyants (as) a lui-même ainsi relaté l’évènement.

J'espère que cet Aïd (cette fête) sera une occasion bénie pour tous les musulmans et pour notre cher peuple. J'espère que les gens seront heureux et que les problèmes qui existent seront éliminés, In cha Allah.

Eh bien, cette réunion a été organisée pour remercier les messieurs de l'administration pour leurs services, ceux qui ont occupé leur poste pendant huit ans ou ceux qui ont été en poste pendant une période plus courte. Sachez que Dieu n’oubliera pas ceux qui ont agi dans le but de servir Dieu et le peuple. Il est possible que quelqu'un ait fait des efforts et se soit donné beaucoup de mal sur un problème, sans que personne ne le sache et sans que cela ait été enregistré quelque part. Cependant, sachez que les anges suprêmes de Dieu en sont conscients et qu’Allah, l'Omniscient, sait tout. Ceux qui ont véritablement travaillé pour Dieu et pour servir les intérêts nationaux, doivent savoir que leurs efforts n'ont pas été vains et qu'ils seront, espérons-le, récompensés par Allah, le Très-Haut. Ce sont les véritables choses qui restent après une responsabilité.

Les matérialistes utilisent les postes de direction, ministériels et autres postes importants afin d'amasser des biens matériels, de s'assurer une place et de se construire un avenir quelque part. Comme vous le voyez, cela est courant dans le monde, mais cela ne l'est pas dans la religion et la culture islamiques. Les résultats sont des résultats spirituels. J'ai noté un des commandements du Commandeur des Croyants (as) à Malik al-Ashtar. Au début de l'édit, qui comme vous le savez est très long et détaillé, il dit à Malik : « Les meilleurs acquis que tu auras doivent venir de tes bonnes actions ». En d'autres termes, vous devez faire de bonnes actions, travailler pour Dieu, faire un travail acharné qui sera votre provision le Jour du Jugement. Allah, le Très-Haut, protégera vos acquis. C'est ce qui importe. Vous devez faire attention à cela. Que nous le sachions ou non, que nous en remercions Dieu ou non, ceux qui travaillent pour Dieu et qui font de bonnes actions verront leurs acquis sauvegardés par Dieu.            

Eh bien, les performances de l'administration de M. le Dr Rohani n'ont pas été les mêmes dans tous les domaines. D'après ce que j’ai vu au cours des huit dernières années, dans certains domaines, ses performances ont été à la hauteur des attentes et dans d'autres, elles ont été en deçà des attentes. Certains secteurs [de l’administration] ont fait des efforts et ont travaillé, comme l'a expliqué le Président. En tous cas, la possibilité de rendre des services est une bénédiction. Le fait que vous et moi ayons eu l'opportunité de servir le peuple est une grande bénédiction de Dieu. Il y a beaucoup de gens qui veulent servir le peuple, mais qui n'ont pas la capacité de le faire. Par exemple, ils ont besoin d'argent, mais ils n'en ont pas, ou ils ont besoin de force physique, d'un statut social et d'une position influente, mais ils ne les ont pas. Vous qui avez joui de cette position influente devez en apprécier la valeur. C'est une grande bénédiction qui nous est accordée par Dieu et chaque bénédiction exige de la gratitude. La façon d'exprimer notre gratitude est d'utiliser tout notre pouvoir pour Dieu, pour Sa cause et pour obéir à Ses ordres, et dans notre pays et notre société, de faire avancer les objectifs de la Révolution. C'est la base (de notre travail).

A cette époque, j'ai dit à M. Rohani que notre travail devait être la poursuite des objectifs de la Révolution. Nous sommes un pays révolutionnaire. Nous avons mené une Révolution. Notre peuple a mené une Révolution, a fait le sacrifice suprême, a travaillé dur pendant de nombreuses années, a affronté toutes sortes de dangers et a vaillamment résisté au nom de ses objectifs et de ses principes révolutionnaires. Par conséquent, nous devons, nous aussi, travailler pour ces objectifs. Nos efforts doivent être axés sur ces objectifs et conformes à ces objectifs.

Les autres devraient profiter de vos expériences. En particulier, d’une expérience que j'ai notée et fréquemment citée lors de mes rencontres avec vous et le peuple, que je voudrais répéter ici, au sujet de la méfiance vis-à-vis de l'Occident. Les générations [administrations] futures devraient tirer leçon de cette expérience. Il est devenu clair sous cette administration, que la confiance aux Occidentaux ne fonctionne pas, car ils ne nous aideront pas, nous nuiront chaque fois qu'ils le pourront et s’ils ne nous nuisent pas, c'est parce qu'ils n'ont pas les moyens de le faire. Dès qu'ils l’ont pu, ils nous ont porté préjudice. C'est une expérience très importante. Les affaires nationales du pays ne devraient jamais attendre ni dépendre de la coopération des Occidentaux, car elles échoueront définitivement et le pays sera lésé. Chaque fois que vous avez attendu la coopération des Occidentaux (pour agir), vous avez échoué, et chaque fois que vous avez avancé et fait preuve d'initiative, sans faire confiance aux Occidentaux, vous avez réussi. Si vous regardez les performances des 11ème et 12ème administrations, vous voyez que cela s'est passé ainsi. Chaque fois que vous avez attendu la conclusion d'un accord avec les Occidentaux et les États-Unis, vous n'avez pas avancé parce qu'ils ne nous aident pas. Au lieu de cela, ils font preuve d'inimitié parce c’est le travail des ennemis. Cependant, chaque fois que vous n’avez plus rien attendu d’eux et que vous avez commencé à utiliser différentes méthodes - car après tout, il existe des milliers de méthodes et non une seule méthode et un seul chemin, différentes méthodes que les gens trouveront s’ils réfléchissent, dans leur vie personnelle, sociale et professionnelle - dans ces cas-là, vous avez fait des progrès.

Je souhaite également dire quelque chose au sujet des récentes négociations. La plupart d'entre vous, messieurs, sont au courant des derniers développements. Lors des récentes négociations, nos diplomates ont vraiment travaillé fort. Certains de nos diplomates ont vraiment bien travaillé, mais les Américains sont obstinément restés sur leur position hostile et n'ont fait aucun pas en avant. Sur papier et en paroles, ils disent qu'ils vont lever les sanctions, mais ils ne les ont pas levées et ne les lèveront pas. Les Américains ont posé une condition, ils veulent que si nous voulons que les sanctions soient levées, nous inclusions une clause dans l'accord, qui signifie que nous sommes prêts à négocier sur certaines questions dans l'avenir. Ils disent que si nous n'acceptons pas cette clause, il n’y aura aucune entente à l'heure actuelle. Quelle est cette clause ? Cette clause est en fait le prétexte à de futures ingérences. La clause concerne le JCOPA lui-même, et d’autres questions comme les missiles et les questions régionales. Si plus tard, nous disons que nous ne négocierons sur ces questions, parce que les politiques du pays et de notre parlement ne nous le permettent pas, ils diront qu'il n'y a plus d'accord parce que nous l'aurons, selon eux, violé. Ce sont leurs méthodes et leurs politiques. Ils se comportent de manière totalement injuste et malveillante, et n'ont aucun scrupule à rompre leurs promesses, de quelle manière que ce soit.

Ils ont une fois violé l'accord sans en payer le prix, et à l'heure actuelle aussi, lorsqu'on leur dit de donner leur parole et de garantir qu'ils ne le violeront pas une autre fois, ils répondent qu'ils ne peuvent pas donner une telle garantie. Ils le disent explicitement à nos amis et à nos diplomates. Ils disent qu'ils ne donneront aucune garantie sur une éventuelle violation future de l’accord. Ils agissent ainsi. C'est une leçon pour la future administration et pour les hommes actifs sur la scène politique qui ne sont pas tous des responsables exécutifs. Eux-aussi doivent en tenir compte. C'est une expérience très importante que nous avons acquise sous cette administration et toutes les autres administrations, mais davantage sous cette administration.

J'espère qu'Allah, le Très-Haut, nous aidera. Bien sûr, il y a beaucoup de choses à dire, mais nous n’avons plus le temps. Nous avons perdu pour certaines raisons, une partie du temps dont nous disposions. J'espère que Dieu aidera tous les amis et frères à accomplir leurs devoirs religieux et révolutionnaires, où qu'ils soient. J'espère qu’ils resteront révolutionnaires où qu’ils soient, dans le vrai sens du terme, et travailleront dans le sens des objectifs révolutionnaires, In Cha Allah.

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha