Il existe un potentiel d'expansion des relations entre Téhéran et Islamabad (Raïssi)

Téhéran (IRNA) - Lors d'une réunion ce jeudi avec le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, le Président de la République islamique d'Iran (RII), Seyyed Ebrahim Raïssi, a déclaré qu'il existe des potentiels "intactes et précieux" en Iran et au Pakistan pour élargir les relations bilatérales, ajoutant que Téhéran est déterminée à promouvoir les relations et la coopération régionales, en particulier avec les pays voisins. "Le Pakistan y occupe une place particulière", a-t-il précisé

Lors d'une rencontre ce jeudi après-midi 16 septembre, au Tadjikistan, avec le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, le Président Raissi a décrit les relations entre les deux pays comme "plus qu'un voisinage" en raison de affinités historiques et culturelles que partagent les deux pays et a déclaré : "Nous ne devons pas permettre que la sédition et les méfaits semés depuis l'étranger affectent les bonnes relations Téhéran-Islamabad".

Se référant à la longue frontière entre les deux pays et aux potentiels d'étendre les interactions économiques dans les zones frontalières commune, M.Raïssi a déclaré : « Etablir la sécurité dans les zones frontalières peut activer les potentiels importants de ces zones en faveur des échanges économiques et commerciaux et contribuer à la prospérité de ces zones"

Toujours lors de la rencontre, Ebrahim Raïssi a accepté la demande du Premier ministre pakistanais de tenir une réunion conjointe sur les évolutions en Afghanistan, ajoutant : « Nous devrons agir pour la formation d'un gouvernement représentatif en Afghanistan qui inclut tous les groupes ethniques et politiques découlant de la volonté du peuple."

" La clé pour résoudre les problèmes de l'Afghanistan est de former un gouvernement inclusif et d'empêcher l'ingérence étrangère dans les affaires du pays", a-t-il encore insisté.

L'ayatollah Raissi a déclaré : "20 ans de présence des forces américaines et occidentales en Afghanistan n'a eu d'autre résultat que la destruction, le déplacement et le meurtre de plus de 35 000 enfants et de milliers d'hommes et de femmes du pays."

"Le retrait des troupes américaines est une occasion historique d'établir un gouvernement représentatif issu du peuple en Afghanistan et de ramener la paix dans le pays et la région", a-t-il insisté.

Pour sa part le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a apprécié lors de la rencontre, qui s'est déroulée à la résidence du Président Raïssi,  les positions "constructives" et l'attitude "fraternelle" de la République islamique d'Iran envers le Pakistan avant d'indiquer :" Nous souhaitons élargir nos relations, en particulier dans le domaine des transports avec l'Iran, et nous pensons que l'amélioration du niveau de coopération entre les deux pays aura des effets positifs à l'échelle régionale et internationale."

Le Premier ministre pakistanais a poursuivi en déclarant qu'un Afghanistan sûr et pacifique profitera à tous les pays de la région et du monde.

" Si un gouvernement inclusif et représentatif n'est pas formé en Afghanistan, les problèmes du pays s'intensifieront et ses effets néfastes seront plus sur le Pakistan et l'Iran que sur tout autre pays", a-t-il insisté.

Imran Khan a renchéri : "L'Iran et le Pakistan devraient travailler en étroite collaboration et interagir les uns avec les autres pour que l'Afghanistan surmonte avec succès l'étape de la formation d'un gouvernement inclusif".

Le Président s'est rendu ce matin à Douchanbé pour assister au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai et rencontrer certains de ses dirigeants.

Un groupe de ministres accompagnent l'ayatollah Reisi dans cette visite.

Le Président s'adressera au sommet de Shanghai demain (vendredi) 17 septembre. Des accords juridiques, politiques et économiques avec le Tadjikistan devraient également être signés au cours de la visite.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha