Le monde doit contrer les « sanctions oppressives et le terrorisme flagrant » des États-Unis contre l’Iran

Téhéran (IRNA)- Le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a critiqué la communauté internationale pour son inaction face aux sanctions américaines oppressives contre le peuple iranien, appelant à des efforts concertés pour contrer les mesures inhumaines.

« Les sanctions américaines oppressives sont un acte inhumain et une forme flagrante de terrorisme contre le peuple iranien qui doit être rejeté et combattu par tous », Amir-Abdollahian a déclaré mercredi lors d'une rencontre avec le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, à New York, en marge de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

En mai 2018, l'ancien président américain Donald Trump s'est retiré unilatéralement d'un accord nucléaire approuvé par l'ONU, qu'il avait signé en tant que membre du groupe P5+1 avec Téhéran en 2015, et a déclenché une campagne de « pression maximale » contre l'Iran.

En réponse, l'Iran a annoncé des mesures correctives, réduisant certains de ses engagements dans le cadre de l'accord, tout en maintenant que les mesures étaient "réversibles" en fonction des actions des autres signataires.

L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran, Robert Malley, a admis que la campagne de pression maximale contre la République islamique avait « lamentablement échoué » et « nuis aux intérêts américains ».

Soulignant la situation humanitaire actuelle en Afghanistan, Amir-Abdollahian a décrit les efforts incessants déployés par les missions diplomatiques iraniennes dans le pays ravagé par la guerre ces dernières semaines, et a appelé à une aide internationale pour aider à atténuer la situation humanitaire dans ce pays.

« Au milieu de la pandémie de coronavirus et malgré toutes les pressions auxquelles la société iranienne est confrontée ces jours-ci, nous avons essayé de vacciner autant que possible les Afghans déplacés, mais une aide internationale immédiate et sérieuse est nécessaire à cet égard », a déclaré le haut diplomate iranien».

Le gouvernement afghan s'est effondré le 15 août et le président Ashraf Ghani a fui le pays face aux avancées fulgurantes des talibans à la suite d'un retrait précipité et mal exécuté des forces étrangères du pays. Les craintes de violence et de pauvreté ont poussé de nombreux Afghans à chercher refuge dans les pays voisins et ailleurs.

Le président du CICR a salué l'étroite coopération de l'Iran avec le comité et ses efforts précieux pour accueillir les réfugiés afghans.

Maurer a également souligné l'importance d'améliorer les infrastructures de santé en Afghanistan et a déclaré que les activités humanitaires dans le pays touché par la guerre ne devraient pas se limiter à l'envoi de produits.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha