28 sept. 2021, 01:57
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84486070
0 Persons
L'Iran réagit à la declaration de l'E3 et des USA sur le rapport de l'AIEA

Tehran (IRNA)- En réaction aux déclarations des États-Unis et de trois pays européens, Kazem Gharibabadi a déclaré que l'AIEA, les États-Unis et l'E3 devraient savoir qu'ils ne peuvent pas rester silencieux face aux actes de sabotage et s'attendre à une surveillance.

L'ambassadeur permanent d'Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne, Gharibabadi, a réagi à la dernière déclaration de trois pays européens ; le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, en disant :« L'Agence internationale de l'énergie atomique, les États-Unis et les trois pays européens doivent savoir qu'ils ne peuvent rester silencieux face aux actes terroristes du régime sioniste et ne pas l'empêcher, et simultanément, appellent à la surveillance continue et à la présence de caméras de l'AIEA dans les installations où l'acte de sabotage a été commis."

"Lorsque l'équipement de surveillance de l'AIEA tombe en panne par le régime sioniste, ne vous attendez pas à ce que l'Iran le réinstalle sans aucune action de l'AIEA et des pays revendicateurs concernant les activités du régime [sioniste]", a-t-il ajouté.

Déclarant que le récent accord entre l'Iran et l'AIEA a été pleinement mis en œuvre dans les délais convenus, il a déclaré : « La République islamique d'Iran surveille également la manière dont sa bonne volonté est accueillie et prendra les mesures appropriées à chaque étape.

La troïka européenne a publié une déclaration accusant Téhéran de ne pas se conformer pleinement à l'accord du 12 septembre avec l'Agence internationale de l'énergie atomique, citant un rapport anti-iranien de Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

« La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni tiennent à remercier le directeur général Grossi pour son rapport du dimanche 26 septembre, informant les membres du Conseil de la capacité de l'AIEA à mener des activités de vérification et de surveillance des engagements de l'Iran dans le domaine nucléaire.

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que l'Iran n'a pas pleinement mis en œuvre l'accord qu'il a conclu avec la DG Grossi le 12 septembre, et que la DG ait été contrainte de publier un rapport sur la non-coopération après seulement deux semaines", indique le communiqué.

« Si l'Iran n'autorise pas l'AIEA à remplacer les caméras de l'atelier de fabrication de composants de centrifugeuses de Karaj, l'AIEA perdra la capacité de rétablir la continuité des connaissances à l'avenir.

Nous exhortons l'Iran à fournir immédiatement à l'AIEA l'accès à l'installation de Karaj et à permettre le remplacement des caméras là-bas », a-t-il affirmé.

« L'accord du 12 septembre soulignait également que l'Iran avait accepté de poursuivre les discussions de haut niveau avec l'AIEA en vue de régler d'autres questions en suspens relatives aux obligations juridiques de l'Iran en vertu de son accord de garanties généralisées. Nous appelons l'Iran à établir immédiatement de tels contacts de haut niveau et à coopérer pleinement avec l'enquête, en vue de faire des progrès tangibles et rapides", a-t-il ajouté.

« Ces problèmes ont un impact sur la capacité de l'AIEA à remplir son mandat et à remplir le rôle assigné en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous consulterons nos partenaires au cours des prochains jours sur les prochaines étapes et envisagerons les mesures appropriées », indique le communiqué.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré dimanche que l'Iran n'avait pas pleinement honoré les termes d'un accord nucléaire signé il y a deux semaines pour permettre aux inspecteurs de l'organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies d'entretenir les équipements de surveillance dans le pays.

"Le directeur général (de l'AIEA) (Rafael Grossi) souligne que la décision de l'Iran de ne pas autoriser l'agence à accéder à l'atelier de fabrication de composants de centrifugeuses de TESA Karaj est contraire aux termes convenus de la déclaration conjointe publiée le 12 septembre", a déclaré l'Agence internationale de l'énergie atomique. dit dans un communiqué.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha