Amir Abdollahian : la crise afghane est l'héritage des ingérences des puissances oppressives dans notre région

Téhéran (IRNA) – « La crise qui nous inquiète tous aujourd'hui est l'héritage des interventions déplacées des puissances oppressives dans notre région. Il y a vingt ans, les États-Unis envahissaient l'Afghanistan sous prétexte de lutter contre le terrorisme, et en poursuivant leur présence militaire, ils perpétuaient et reproduisaient l'instabilité, la guerre et l'insécurité dans ce pays. », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères.

Hossein Amir Abdollahian a déclaré cet après-midi lors de la deuxième réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de l'Afghanistan, qui se tient à Téhéran : « Je salue la présence des ministres des Affaires étrangères et des représentants de haut rang des pays voisins de l'Afghanistan pays à Téhéran et j'espère que cette réunion pourra concrétiser la volonté de tous les pays participants de jouer un rôle constructif dans l'intérêt du peuple afghan et de la région. »

Le chef de la diplomatie iranienne a déclaré que ce sommet est le deuxième cycle de l'initiative que le Pakistan a lancé en organisant un sommet virtuel des voisins d’Afghanistan.

« La crise qui nous inquiète tous aujourd'hui est l'héritage de l'intervention malavisée des puissances oppressives dans notre région. Washington, sans faire avancer l'Afghanistan et son peuple, a maladroitement et de manière irresponsable fui la scène et a créé une situation à laquelle nous sommes tous confrontés aujourd'hui.», a-t-il déclaré.

Se référant à la géographie de la région, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré : « Nous sommes les voisins de l'Afghanistan, chacun étant d'une manière ou d'une autre lié à cette géographie et à ses habitants, bien conscients de l'importance du manque de consensus au sein de l'Afghanistan. »

Le diplomate iranien de haut rang a déclaré qu'en Afghanistan, nous sommes confrontés à une situation qui est loin d'atteindre tous les points des différentes ethnies et groupes pour atteindre un point acceptable pour tout le peuple afghan.

Selon Amir Abdollahian, jusqu'à présent, l'approche des pays voisins, en raison de leur profonde compréhension de la situation en Afghanistan, a été largement constructive, cohérente et tournée vers l'avenir, et il existe un consensus relatif sur les questions clés. 

« Les pays voisins de l'Afghanistan, s'ils maintiennent et renforcent le consensus, peuvent jouer un rôle constructif dans la création d'une harmonie entre les groupes politiques et ethniques en Afghanistan et au niveau du système international et aider à gérer la crise dans ce pays. La réalisation de cet objectif est l'un des buts du sommet de Téhéran. », a souligné le ministre iranien des Affaires étrangères.

Indiquant que l'étude de l'histoire de l'Afghanistan et de la vie politique du peuple afghan confirme ce fait que l'Afghanistan est une terre d'interaction et de coopération entre différents groupes ethniques, Amir Abdollahian a déclaré : « Chaque fois que cette interaction et cette coopération sont ignorées, la paix, la stabilité de l'Afghanistan sont menacées. L'expérience historique montre qu'aucun mécanisme en Afghanistan ne peut être viable en Afghanistan sans tenir compte des considérations et des subtilités sociales et ethniques. »

Evoquant le sous-développement économique et social de l'Afghanistan, le haut diplomate iranien a déclaré : « La pauvreté économique, le faible revenu par habitant, les taux d'analphabétisme élevés et le manque de compétences professionnelles sont ce qui rend les gens susceptibles d'appartenir à des groupes criminels et terroristes. Ceci, avec la faiblesse de la souveraineté capable d'assurer la sécurité dans ce pays, est l'une des raisons les plus importantes qui ont conduit divers groupes terroristes à la présence et au développement de leurs noyaux opérationnels en Afghanistan. »

 « Ces derniers mois, nous avons assisté à l'expansion des activités des groupes terroristes, en particulier Daesh, en Afghanistan. Ces dernières semaines, il est devenu clair pour nous tous que ce groupe a acquis des capacités géographiques et opérationnelles en Afghanistan, et les Talibans n'ont pas été en mesure d'empêcher le groupe d'opérer dans différentes villes. »,  a précisé Amir Abdollahian.

Selon le ministre iranien des Affaires étrangères, la poursuite du sous-développement en Afghanistan n'aura d'autres conséquences que la poursuite du recrutement de groupes terroristes et criminels issus du peuple afghan et, par conséquent, la propagation du terrorisme et de la criminalité dans ce pays, les pays voisins et le toute la région de l'Asie du Sud et de l'Asie centrale.

Se référant aux objectifs de la réunion des deuxièmes ministres des Affaires étrangères des voisins de l'Afghanistan, Amir Abdollahian a déclaré : « L'un des objectifs de la tenue de cette réunion dans la situation actuelle est d'examiner les préoccupations existantes concernant la situation en Afghanistan et de consulter les amis régionaux des moyens de sortir de la situation de fragilité actuelle. »

Présentant une proposition de la République islamique d'Iran, il a déclaré : « Je fais des propositions au nom de la République islamique d'Iran, et j'espère que cette réunion sera une plate-forme pour passer des discours purement politiques pour discuter de solutions pratiques pour coopération des voisins pour alléger les souffrances des populations et la prévention des menaces d'origine afghane. »

« La situation politique et l'équilibre des pouvoirs en Afghanistan ont changé. Ce changement sera stabilisé et se poursuivra lorsqu'il comprendra les besoins sociaux de l'Afghanistan. En conséquence, la nécessité d'un gouvernement inclusif avec la présence et la participation effectives de tous les groupes ethniques et religieux en Afghanistan à travers un dialogue inter-afghane avec le soutien et sans l'intervention d'acteurs étrangers est soulignée par la République islamique d'Iran. », a souligné le chef de la diplomatie iranienne.

Selon Amir Abdollahian, les pays voisins devraient utiliser toute leur influence sur les dirigeants talibans et autres partis afghans pour encourager et faciliter la participation collective à la formation du gouvernement inclusif dans ce pays. 

« Il est essentiel que les Talibans adoptent une approche amicale envers leurs voisins et prennent les mesures nécessaires pour s'assurer qu'il n'y a aucune menace pour l'Afghanistan de la part de ses voisins. » : a poursuivi ce haut diplomate iranien.

« Le peuple afghan a besoin d'une aide humanitaire urgente, notamment de nourriture, de médicaments et de vaccins pour lutter contre le Covid-19. Compte tenu des contraintes de temps et de l'urgence de l'action, la République islamique d'Iran propose d'activer le « programme ECO de soutien à l'Afghanistan ». », a annoncé Amir Abdollahian.

Expliquant la deuxième proposition de l'Iran, il a déclaré : « Les Talibans, en tant que courant dominant en Afghanistan, ont le devoir indéniable d'assurer la sécurité et de lutter contre le terrorisme, de respecter les droits de divers groupes, y compris les femmes, de fournir des biens de première nécessité aux citoyens afghans et de mettre fin à la abus des minorités ethniques et religieuses. Il faut s'attaquer aux causes du déplacement des réfugiés et adhérer aux principes fondamentaux du droit international. »

Soulignant la nécessité de lutter contre le terrorisme, il a déclaré : « Afin de lutter contre le crime organisé et les actes terroristes d'origine afghane, il est proposé que le mécanisme de coopération en matière de sécurité et de renseignement entre les pays de la région soit plus sérieux et les voisins de l'Afghanistan se réunissent à intervalles plus rapprochés pour échanger des informations et coordonner entre les pays de la région.»

« Compte tenu de l'extension de la protection de l'ONU, la proposition de la République islamique d'Iran est de demander au secrétaire général de cette organisation de faire les efforts maximaux, si nécessaire, de servir de médiateur entre les parties afghanes pour parvenir à un accord sur la future structure politique de ce pays.», a conclu le ministre iranien des Affaires étrangères.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha