Iran : fouilles archéologiques conjointes irano-françaises à Viranshahr au nord-est

Téhéran - IRNA - La troisième étape des fouilles archéologiques dans la ville de Viranshahr au Khorasan septentrionale au nord-est de l’Iran, qui selon la plupart des historiens et archéologues est le berceau de l’Empire parthe, a été réalisée sous la supervision conjointe de l’Iranien Meysam Labafkhaniki et du Français Rocco Rante dans le cadre d’un mémorandum de coopération signé entre l'Institut iranien de Recherche sur le patrimoine culturel et le tourisme et le Musée du Louvre.

Selon le groupe culturel de l’IRNA, Meysam Labafkhaniki, le chef iranien du Conseil archéologique, annonçant la nouvelle a déclaré : « La troisième phase de fouilles archéologiques dans la région de Viranshahr (Littéralement ville en ruine en persan), située à dix kilomètres au nord de la ville de Farouj, dans la province du Khorasan du Nord, qui a été effectuée avec l'autorisation de l'Institut nationale de Recherche, a conduit à des résultats importants sur les architectures parthe et sassanide dans la région du Khorasan septentrional. »

Il a expliqué que les vestiges architecturaux montrent que la ville était entourée d'une clôture carrée et couvrait une superficie de 14 hectares. 

L'archéologue a déclaré que les fouilles de l'année dernière ont révélé des traces d'un complexe architectural sur une colline dans la partie sud du site.

La clôture périphérique de la zone équipée de plusieurs tours qui s’enchainaient et une citadelle appartenant aux autorités de l’époque était située dans son coin nord-ouest.

L'archéologue iranien a déclaré que les vestiges architecturaux et la poterie de "Viranshahr" sont importants car auparavant les habitats parthes à une telle échelle n'avaient été explorés et étudiés qu'en dehors des frontières de l'Iran et principalement dans le sud du Turkménistan, et l'accès à leurs informations était toujours difficile.

Labafkhaniki a déclaré que l'expansion des études historiques et des fouilles archéologiques dans cette région pourra révéler de nombreuses ambiguïtés sur l'histoire des premiers Parthes.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha