L'Iran appelle à une aide « efficace » aux États dans la lutte contre la traite des personnes

Téhéran (IRNA)- Un haut diplomate iranien a dénoncé la traite des personnes comme « l'un des crimes les plus notoires », appelant la communauté internationale à fournir « une assistance technique sur mesure, accessible et efficace aux pays pour lutter contre ce crime de manière plus efficace ».

L'ambassadeur et représentant permanent d'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht-Ravanchi, a fait ces remarques dans un discours prononcé mardi à New York lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale chargée d'évaluer le Plan d'action mondial des Nations Unies contre la traite des personnes.

Il a déclaré que les délibérations de la réunion seraient « instrumentales » pour relever les défis de la mise en œuvre du Plan d'action mondial contre la traite des personnes (TIP) et trouver des moyens d'y faire face.

Takht-Ravanchi a déclaré que la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (UNTOC) et ses protocoles avaient fait des efforts pour créer un environnement réglementaire transfrontalier cohérent dans le but de former une réponse collective à cette menace.

En tant que l'un des premiers signataires de l'UNTOC, a déclaré Takht-Ravanchi, l'Iran a pris les mesures nécessaires conformément aux dispositions de la Convention et de ses protocoles pour lutter contre la traite des êtres humains.

« La République islamique d'Iran réitère son engagement à lutter contre la TIP et considère que le rôle des organes des Nations Unies, en particulier l'ONUDC (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime), dans la détermination et la facilitation de la coopération internationale à cet égard est essentiel », a déclaré le haut diplomate iranien. mentionné.

Il a ajouté que le Parlement iranien avait approuvé l'UNTOC en 2018, qui est maintenant examiné par le Conseil de convenance pour son approbation finale.

Il existe actuellement plusieurs réglementations légales en place en Iran concernant la TIP et d'autres outils juridiques nécessaires aux enquêtes et aux poursuites au sein du système juridique du pays, a-t-il déclaré.

Le haut responsable a ajouté que l'administration iranienne avait également approuvé un nouveau projet de loi amendant la loi de 2004 sur la lutte contre la traite des êtres humains et l'a soumis au Parlement pour adoption.

« Ce projet de loi se concentre sur la définition de la TIP, y compris tous ses éléments essentiels, en tant que crime notoire, tout en couvrant les circonstances aggravantes telles que la commission contre des mineurs et des femmes », a-t-il déclaré.

Il a noté qu'une telle harmonie contribuerait à terme à la coopération internationale sur la question.

Le ministère de l'Intérieur a mis en place la Commission de lutte contre la traite des personnes, qui comprend un ensemble de mesures exécutives et de surveillance, pour, entre autres, « élaborer des politiques, des stratégies et des programmes tout en surveillant toutes les activités liées à la TP ».

«En première ligne, nos forces de l'ordre continuent de combattre courageusement les groupes criminels organisés malgré l'indisponibilité des moyens et des ressources nécessaires résultant des sanctions américaines illégales et en l'absence du soutien international indispensable pour lutter efficacement contre ces groupes», a déclaré Takht-Ravanchi. .

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha