1 janv. 2022, 12:39
Journalist ID: 3081
Code d'info: 84597918
2 Persons
L'assassinat du général Soleimani; le terrorisme d'État américain en droit international

Téhéran (IRNA)- L'ordre direct de l'ancien président américain, Donald Trump, d'assassiner le général Hâdj Qassem Soleimani, le 3 janvier 2020 peut être condamné de diverses manières en droit international, dont la plus évidente est l'agression militaire et le terrorisme d'État.

Selon l'IRNA, le général Hâdj Qassem Soleimani et du martyr Abu Mahdi Al-Mohandes, ont été martyrisés, à la suite d'une frappe directe de drone, par ordre direct du président américain Donald Trump, à l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier 2020.
Les responsables de la Maison Blanche ont lié l'assassinat du général Hâdj Qassem Soleimani à des réclamations légales et à l'utilisation de termes ridicules tels que "défense légitime", objet de l'article 51 de la Charte des Nations Unies, et "défense préventive".
Tandis que la faible justification juridique des États-Unis et la violation flagrante des règles du droit international, notamment la règle "l'interdiction de l'usage de la force" et "l'interdiction des actes terroristes", étaient si claires que les réactions internationales à la condamnation de ce crime américain par les juridiques et les politiciens ont suivi.
La question qui se pose maintenant est de savoir à laquelle des normes du droit international, l'action des États-Unis en martyrisant le général Hâdj Qassem Soleimani est-elle contraire?
Violation flagrante de la règle "interdiction de l'usage de la force", invalidité invoquant "la défense préventive"
Conformément au paragraphe (4) de l'article (2) de la Charte des Nations Unies :"Les Membres de l'Organisation s'abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies". 
Les seules exceptions au principe ci-dessus, selon l'article (51) de la Charte: " Aucune disposition de la présente Charte ne porte atteinte au droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un Membre des Nations Unies est l'objet d'une agression armée, jusqu'à ce que le Conseil de sécurité ait pris les mesures nécessaires pour maintenir la paix et la sécurité internationales. "
La frappe de drones américains contre le général Hâdj Qassem Soleimani et son entourage ne peut être justifiée par aucune des exceptions ci-dessus.

Frappe militaire américaine; violation de la souveraineté et du principe d'interdiction de l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays
Conformément au paragraphe 7 de l'article (2) de la Charte des Nations Unies," Aucune disposition de la présente Charte n'autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d'un État ni n'oblige les Membres à soumettre des affaires de ce genre à une procédure de règlement aux termes de la présente Charte; toutefois, ce principe ne porte en rien atteinte à l'application des mesures de coercition prévues au Chapitre VII."
Étant donné que la frappe de drones américains est fait dans la territore de l'Irak, aucune des dispositions de l'accord de sécurité SOFA de 2008 entre l'Irak et les États-Unis n'a autorisé un tel permis, donc l'action américaine peut être considérée comme une violation de la souveraineté irakienne et une ingérence dans les affaires de ce pays en termes de tentative de mener une action militaire contre un membre des forces armées d'un pays tiers.

L'action des États-Unis comme du terrorisme d'État 
Étant donné qu'il n'y a pas eu de conflit armé pendant la présence du général Qassem Soleimani, l'action des États-Unis en le martyrisant pourrait être un exemple de la définition du terrorisme selon article (2) Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme, adoptée en 1999.
Tant qu'un gouvernement commet des actes terroristes contre des individus, le terrorisme peut être considéré comme d'Etat dans lequel les États-Unis et le régime sioniste sont les auteurs connus de ce type de terrorisme dans le monde.

Cependant, les actions des États-Unis sur la scène internationale soulève une question importante dans l'esprit des membres de la communauté internationale et de l'opinion publique mondiale sur la manière d'empêcher les États-Unis de violer les règles du droit international et d'offrir des interprétations doubles du droit international?

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha