La Corée du Sud doit libérer les avoirs gelés de l'Iran indépendamment des pourparlers de Vienne (le négociateur principal iranien)

Téhéran (IRNA)- Le principal négociateur iranien des négociations en cours dans la capitale autrichienne sur la levée des sanctions contre l'Iran a rencontré le vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères à Vienne pour discuter de la libération des avoirs gelés de Téhéran à Séoul.

Ali Bagheri Kani, qui est également vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires politiques, a déclaré lors de la réunion tenue avec Choi Jong-kun jeudi que quel que soit le résultat des pourparlers à Vienne, le gouvernement sud-coréen est obligé de dégeler les fonds gelés de l'Iran, soulignant que les sanctions américaines unilatérales ne peuvent justifier le non-paiement des dettes de Séoul envers Téhéran.

«Le gouvernement sud-coréen est obligé de libérer les actifs bloqués de l'Iran, et les sanctions américaines unilatérales ne peuvent justifier le non-paiement des dettes envers l'Iran», a-t-il déclaré.

Le diplomate iranien a également souligné que le refus illégal et injustifiable de la Corée du Sud de rembourser ses dettes envers l'Iran serait une tache sombre dans l'histoire des relations entre les deux pays, ajoutant que Séoul devrait agir dès que possible pour dégeler les avoirs iraniens.

Soulignant l'importance des relations Séoul-Téhéran, Choi, pour sa part, a donné des explications sur les fonds bloqués par l'Iran en Corée du Sud et a déclaré que son pays faisait des efforts pour rembourser sa dette envers l'Iran.

La réunion, qui s'est tenue à la mission de la République islamique d'Iran à Vienne, n'était pas directement liée aux négociations en cours entre l'Iran et le groupe P4+1 et a été convoquée dans le cadre des consultations bilatérales de routine entre les deux pays au demande de la partie coréenne.

La Corée du Sud doit à l'Iran plus de 8 milliards de dollars pour les importations de condensats de gaz en provenance du pays, mais a jusqu'à présent refusé de les payer.

La Corée du Sud considère les sanctions unilatérales et la prétendue pression maximale américaine comme un obstacle au remboursement de sa dette. La question a été critiquée à plusieurs reprises par les responsables iraniens.

Les autorités iraniennes ont déclaré à plusieurs reprises qu'elles attendaient de la Corée du Sud qu'elle fasse plus sur la libération des avoirs bloqués illégalement dans deux banques sud-coréennes sous prétexte des sanctions des États-Unis contre la République islamique.

Téhéran a retourné le refus de Séoul de coopérer au remboursement des dettes en exerçant des restrictions sur les importations en provenance de Corée du Sud.

L'Iran et les cinq signataires restants de l'accord de 2015 – la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine – ont repris les pourparlers à Vienne lundi après que les parties ont pris une pause de trois jours pour le Nouvel An.

Le huitième cycle des pourparlers de Vienne a débuté le 27 décembre en mettant l'accent sur la suppression de toutes les sanctions américaines. Les États-Unis ne sont pas autorisés à assister directement aux pourparlers en raison de leur retrait en 2018 de l'accord historique avec l'Iran.

Le principal négociateur iranien a déclaré que le succès des pourparlers de Vienne dépendait de la conclusion d'un accord sur la suppression effective des cruelles sanctions américaines contre Téhéran.

L'Iran dit que les sanctions devraient être levées de manière vérifiable et veut que les États-Unis donnent la garantie qu'ils n'abandonneront pas à nouveau l'accord.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha