"Une nouvelle feuille de route pour les relations": l'Iran et la Russie s'apprêtent à mettre à jour l'accord de coopération de 2001

Téhéran (IRNA)- Avant une prochaine visite en Russie du président iranien, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a déclaré que la nouvelle administration à Téhéran suit une « nouvelle feuille de route » pour approfondir les liens avec Moscou, et que l'Iran et la Russie sont déterminés à mettre à jour un traité de coopération de 20 ans qu'ils avaient signé en 2001.

Amir-Abdollahian a noté que l'administration du président iranien Ebrahim Raeisi "a une nouvelle feuille de route basée sur une politique étrangère équilibrée, active, dynamique et intelligente, qui met l'accent sur la coopération avec tous les voisins, en particulier la Fédération de Russie, et la promotion de la diplomatie économique".

L'administration Raeisi "est déterminée à élargir davantage la coopération avec ce pays dans un format bilatéral ou multilatéral", a-t-il déclaré dans un article en langue persane de l'agence de presse Sputnik, publié mardi.

"Dans les relations bilatérales, les deux pays sont déterminés à mettre à jour le Traité sur la base des relations mutuelles et les principes de coopération entre l'Iran et la Russie en harmonie avec les développements mondiaux", a déclaré Amir-Abdollahian.

L'accord, signé en mars 2001, devait initialement durer quatre 10 ans, mais il a été prolongé à deux reprises de cinq ans.

S'appuyant sur leurs riches civilisations, l'Iran et la Russie cherchent à créer un avenir radieux dans leurs relations mutuelles et à jouer un rôle actif dans les développements régionaux et internationaux sur la voie de la paix et de la stabilité, a-t-il ajouté.

Le haut diplomate iranien a déclaré que l'Iran considérait la Russie comme un puissant voisin et ami sur la base de "la coopération, le respect et les intérêts mutuels" et était disposé à préparer le terrain pour un "bond significatif" en avant dans divers domaines de coopération et d'échanges de délégations de haut rang, malgré les restrictions causées par la pandémie de coronavirus.

Il a noté que les consultations entre les deux pays couvraient un large éventail de questions bilatérales, notamment dans les domaines de la politique, de l'économie, de la culture, de la science, de la technologie, de la défense et de la sécurité, des relations parlementaires et des médias, des développements régionaux, y compris le Moyen-Orient, le Caucase du Sud et l'Asie centrale, en plus de sujets internationaux tels que les pourparlers sur la suppression des sanctions à Vienne.

À l'invitation du président russe Vladimir Poutine, Raeisi se rendra à Moscou mercredi dans le but d'élargir les interactions économiques, politiques et culturelles entre les deux pays.

Il rencontrera son homologue russe et s'adressera à la session plénière de la Douma, la chambre basse du parlement russe.

De plus, Raïssi doit tenir une réunion avec des Iraniens vivant en Russie et des militants économiques russes au cours de son voyage de deux jours.

Ailleurs dans son article, Amir-Abdollahian a fait l'éloge des relations croissantes entre l'Iran et la Russie dans différents domaines.

Au niveau régional et à la lumière de la coopération entre les hautes autorités des deux États, les coopérations bilatérales d'intérêts communs, aujourd'hui « plus fortes que jamais », ont « dépassé les limites des relations bilatérales » et se sont développées en efforts conjoints pour promouvoir la coopération régionale et la sécurité internationale, a-t-il dit.

En tant que deux puissances régionales, l'Iran et la Russie jouent un rôle unique dans la résolution des conflits régionaux et la lutte contre le terrorisme, a ajouté l'étranger iranien.

"Les deux pays ont une vision commune selon laquelle la région du Moyen-Orient est confrontée à de nombreux problèmes, notamment la guerre, l'instabilité et l'insécurité, en raison de l'intervention étrangère et de la prédominance de la pensée axée sur la sécurité", a-t-il déclarénajoutant que des consultations bilatérales sont en cours pour régler les questions régionales et renforcer la stabilité en Afghanistan, en Syrie, au Yémen et en Libye.

Soulignant la coopération Téhéran-Moscou sur les questions internationales, Amir-Abdollahian a déclaré qu’il y avait une forte corrélation entre les deux parties sur « les sanctions anti-humaines et unilatérales des États-Unis », « l'ingérence occidentale dans les affaires d'autres pays », « l'empêchement de tiers de jouer un rôle dans leurs relations » et la l'urgence de « respecter le droit international ».

L'Iran estime que la stratégie de l'unilatéralisme a échoué et que l'ère des comportements illégaux, de l'ignorance des principes internationalement reconnus et de la destruction du multilatéralisme, qui constitue une grande menace pour la paix et la sécurité internationales, est révolue, a-t-il déclaré.

Se référant aux pourparlers en cours sur la suppression des sanctions entre l'Iran et les autres parties à l'accord historique de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), dans la capitale autrichienne de Vienne, le ministre a déclaré

Téhéran est entré dans les négociations avec une "approche réaliste et axée sur les résultats et dans le but de parvenir à un bon accord".

La Russie a joué un rôle "efficace et constructif" à la fois dans la conclusion de l'accord sur le nucléaire en 2015 et lors des pourparlers en cours avec le groupe de pays P4+1 et a pris des "mesures positives" pour aider à rendre les sanctions américaines contre inefficaces, a-t-il ajouté.

Réitérant la bonne volonté et la ferme détermination de l'Iran dans le nouveau cycle de pourparlers avec les pays du P4+1, Amir-Abdollahian a déclaré : « Le succès de ces négociations dépend de la levée effective et vérifiable des sanctions et du retour des parties à leurs engagements [sous le JCPOA].

"L'objectif principal des négociations à venir devrait être une mise en œuvre complète et efficace de l'accord de 2015 et la normalisation des relations commerciales et une coopération économique stable avec la République islamique d'Iran", a-t-il déclaré.

« La visite de Raeisi se concentrera sur la promotion des liens économiques et commerciaux »

Ali Bahadori Jahromi, porte-parole de l'administration iranienne, a déclaré mardi dans un message sur son compte Twitter que l'augmentation des exportations de l'Iran vers la Russie et le renforcement des liens commerciaux et économiques sont au centre des discussions entre les présidents iranien et russe à Moscou.

Il a ajouté qu'une rencontre avec des acteurs économiques serait parmi d'autres plans de la visite de Raïssi.

Tags

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha