24 janv. 2022, 10:51
Journalist ID: 3058
Code d'info: 84624628
T T
0 Persons

Tags

La nouvelle obstruction de Washington aux pourparlers de Vienne

Téhéran (IRNA) - Bien que les pourparlers de Vienne progressent, selon des diplomates, certaines politiques et comportements non constructifs des autres parties, y compris les nouvelles remarques du représentant spécial américain pour l'Iran, sont parmi les facteurs les plus importants qui ont barré la voie de dialogue.

Selon l’IRNA, Robert Malley, le chef de la délégation américaine à Vienne, a récemment révélé dans une autre interview à Reuters, établissant une idée préconçue du processus de dialogue, un autre comportement non constructif de Washington au cours des pourparlers.

Dans la dernière position de Washington sur les pourparlers de Vienne, il a lié la question à des questions non pertinentes, arguant qu'un accord ne pourrait être conclu sans la libération des prisonniers américains en Iran.

Washington semble essayer de barrer la voie à un accord à Vienne en invoquant diverses excuses.

Adopter de telles approches non constructives et sans rapport avec le processus de négociation, ce qui est en contradiction flagrante avec la politique antérieure de Washington qui insistait sur la nécessité d'accélérer le processus de conclusion d'un accord en fixant des délais artificiels pour les négociations ; D'une part, Washington parle de délais et d'accélération du processus de négociation et de conclusion d'un accord, et d'autre part, il empêche l'accélération du processus de conclusion d'un accord en établissant de nouvelles conditions préalables qui sabotent pratiquement la voie de négociations.

Robert Malley a cependant reconnu dans une interview à Reuters que la question des prisonniers est "distincte" de la question des pourparlers nucléaires. Il a également affirmé que la question des prisonniers est une condition pour parvenir à un accord.

"Alors que nous parlons indirectement avec l'Iran de la question nucléaire, nous sommes également en pourparlers indirects avec eux (l'Iran) pour la libération des prisonniers américains.", a déclaré le diplomate américain cité par Reuters.

Dans une interview accordée à Reuters par Mali, Barry Rosen, un diplomate américain de 77 ans et membre de la dernière équipe de diplomates du nid d'espionnage américain à Téhéran, était également présent.

L'ancien diplomate américain a annoncé il y a quelques jours dans une action-spectacle qu'il avait l'intention d'entamer une grève de la faim devant l'hôtel Coburg à Vienne, où négocient l'Iran et le groupe P4 + 1. Dans une interview conjointe avec Reuters hier, il a parlé de sa décision de mettre fin à la grève de la faim.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha