Artisanat

  • Artisanat iranien : tissu fait main à Shoushtar au sud

    Artisanat iranien : tissu fait main à Shoushtar au sud

    Ahwaz - IRNA – « Moj » est un tissu traditionnel fait à la main et tissé sur une machine textile. Il est principalement utilisé pour les couvre-lits. Son matériau est la laine et les couleurs utilisées sont le bleu marine, le rouge, l'orange et le noir. (Photo : Iman Sadeghi Hassanvand)

  • L’expo « 50 ans de l’art de ciselure en Iran »

    L’expo « 50 ans de l’art de ciselure en Iran »

    Téhéran (IRNA) - L'exposition "50 ans d'art de ciselure" avec des œuvres d'artistes contemporains iraniens dans le domaine de l’art de la gravure sur les récipients métalliques s'est ouverte à l'Institut de recherche sur les arts traditionnels du ministère iranien du Patrimoine culturel, du Tourisme et de l'Artisanat.

  • L’art de tailler les pierres précieuses à Ispahan

    L’art de tailler les pierres précieuses à Ispahan

    Ispahan (IRNA)- La technique de lapidaire ou l’art de la taille et du polissage des pierres précieuses est un domaine artisanal bien développé à Ispahan. Ce métier bien lucratif attire de plus en plus les jeunes iraniens qui voient pour les produits de cet art une demande grandissante sur le marché national et également sur les marchés régionaux et internationaux. Photographe : Zahra Baghban

  • Le marché d’artisanats d’Ispahan

    Le marché d’artisanats d’Ispahan

    Téhéran (IRNA)- La ville d’Ispahan est la deuxième capitale d’artisanat dans le monde. L’art d’artisanat est l’un des arts les plus développés dans l’ancienne capitale safavide. Photographe : Zahra Baghban

  • Iran/Artisanat: Musée national arménien Artak Manukean à Téhéran

    Iran/Artisanat: Musée national arménien Artak Manukean à Téhéran

    Téhéran (IRNA)- A l’ occasion de la Journée mondiale de l'Artisanat, lors d'une cérémonie au Musée Artak Manukean, le Comité national des musées iraniens (ICOM) a honoré le Musée national arménien d’Iran, l’un des musées privés actifs dans le cyberespace, par un insigne honorifique. Ont été exposées dans le musée des œuvres précieuses de l'artiste arméno-iranien, Hakopian.

  • Le musée de la poterie de Meybod

    Le musée de la poterie de Meybod

    Yazd (IRNA)- Le musée de la poterie de Meybod, fondé par le seteur privé contient 200 œuvres contemporaines et anciennes datant de 100 ans. Ce musée est situé dans le caravansérail de Shah Abbasi construit à l'époque safavide. La ville de Meybod dans la province de Yazd au centre du pays est un des foyers de l'art de poterie en Iran. Photographe: Marzieh Emami Meybododi

  • Le jardin iranien illustré dans les œuvres artisanales d'Ispahan

    Le jardin iranien illustré dans les œuvres artisanales d'Ispahan

    Ispahan (IRNA)- Le jardin iranien, inscrit déjà dans le patrimoine culturel de l'UNESCO, retrouve dans les œuvres artisanales des artistes d'Ispahan, sa beauté légendaire et son magnétisme esthétique.

  • Les travaux en bois, le mariage de l'art et la nature

    Les travaux en bois, le mariage de l'art et la nature

    Gorgan (IRNA)- Les forêts hyrcaniennes au nord d'Iran offrent une occasion parfaite aux artisans des provinces de Golestan, de Mazandaran et de Guilan de se lancer dans l'art des travaux en bois. Les objets fabriqués par cette méthode sont d'usage quotidien. Les artistes iraniens dans ce domaine sont attentifs au niveau de la protection maximale de l'environnement. Les photos montrent un atelier de l'art des travaux en bois près de Gorgan, capitale de la Province de Golestan. Photos: Raheleh Hessari

  • Iran: le 14e Salon international du tourisme et de l'artisanat

    Iran: le 14e Salon international du tourisme et de l'artisanat

    Téhéran (IRNA) - Le 14e Salon international du tourisme et de l'artisanat s'est ouvert aujourd'hui le 23 février à Téhéran.

  • Une tisserande iranienne de kilim brille dans les compétitions mondiales

    Une tisserande iranienne de kilim brille dans les compétitions mondiales

    Kerman (IRNA) - Parvin Abazari, une artiste artisanale dans le domaine du tissage de kilim Shirki-Pich de Sirdjan, a remporté la première place de la région Asie-Pacifique dans le concours virtuel d'artisanat organisé par le Conseil mondial de l'artisanat.

  • Artisanat : l’Iran bientôt hôte d’un festival international

    Artisanat : l’Iran bientôt hôte d’un festival international

    Téhéran (IRNA)-Le vice-ministre iranien de la Culture, du Tourisme et de l'Artisanat pour l’Artisanat, Pouya Mahmoudian, évoquant la tenue du Festival international de l'artisanat en 1400 (la prochaine année iranienne qui commence à partir du 21 mars), a déclaré : « En organisant ce festival, les magnifiques œuvres iraniennes peuvent être mieux vues ».

  • L'art iranien de Khatam

    L'art iranien de Khatam

    Shahrekord (IRNA)- Le Khatam est un art de marqueterie fine et minutieuse dont les plus anciens exemples remontent à l'époque Safavide : le Khatam était alors tellement apprécié de la cour que certains princes en apprenaient la technique au même titre que la musique, la peinture ou la calligraphie. Aux XVIIIe et XIXe siècles, le Khatam connut un déclin, avant d'être remis à la mode au début du XXe siècle où se créent des écoles artisanales à Téhéran, Ispahan, et Chiraz. Le petit village Sheikh Shaban dans la province de Chaharmahal et Bakhtiari est un des pôles de cet artisanat en Iran. Photos: Ahmad Riahi Dehkordi

  • Le tissage de "Modj", un artisanat appliqué à Qazvin depuis le XVIe siècle

    Le tissage de "Modj", un artisanat appliqué à Qazvin depuis le XVIe siècle

    Qazvin (IRNA) – Le "Modj" est une sorte de tissu fait à la main qui est produit à l'ouest et au nord d'Iran surtout dans les provinces du Kurdistan, de Lorestan, de Kermanshah, de Guilan et de Qazvin. Mais dans la ville de Qazvin, l'histoire de cet artisanat remonte au XVIème siècle. Malheureusement cet art est tombé dans l'oubli dans le marché des textiles industriels. À Qazvin, seul le maître Ahmad Bamshad y est encore engagé au caravansérail Saad-os-Saltanah de cette ville. Les photos concernent l'atelier de ce maître iranien d'artisanat. Photos: Nasser Nili

  • Les potiers de Meybod

    Les potiers de Meybod

    Meybod (IRNA) - Depuis quelques millénaires, les simples tours de poterie tournent et retournent dans les minuscules ateliers de Meybod. Photos: Marziyeh Emami Meybodi

  • La vannerie, un des arts folkloriques des Kurdes iraniens

    La vannerie, un des arts folkloriques des Kurdes iraniens

    Mahabad (IRNA) – Le Maître "Pirout Amini Azar" est l'un des plus anciens vanniers de Mahabad. Il tisse des paniers depuis environ un demi-siècle et gagne sa vie de cette façon. La vannerie désigne l'art de tresser des fibres végétales pour réaliser des objets très variés comme corbeilles, paniers, les chapeaux et les nattes. Ce savoir-faire représente un des arts folkloriques des Kurdes à l'ouest d'Iran. Photos: Abdollah Rahmani

  • Le Kilim, l'art des nomades de Kohguiluyeh et Boyer-Ahmad

    Le Kilim, l'art des nomades de Kohguiluyeh et Boyer-Ahmad

    Yassudj (IRNA) – Le Kilim est l'un des plus beaux objets artisanaux des nomades de la province de Kohguiluyeh et Boyer-Ahmad. Le Kilim se produit par la technique du tissage à plat (ou tapisserie). Cette technique de fabrication de tapis est différente de celle à points noués (aspect velours), le rendu est plus souple et léger. C'est l'un des modes de tissage le plus simple, le plus répandu et le plus ancien. Cette technique est à base de fils de chaînes (fils verticaux, disposés sur toute la longueur du kilim) et fils de trames colorés (fils horizontaux, en passant dessus et dessous des trames forment les motifs). Tout aussi résistants que les tapis à points noués, les Kilims sont des tapis à part entière, faits pour être mis par terre, et pas seulement sur les murs. Les kilims iraniens sont réputés pour la beauté et la diversité de leurs couleurs. Les couleurs du Kilim sont d'origine végétale, minérale ou même animale et sont produites artisanalement. Les laines sont teintées dans des chaudrons, ce qui fait toutes leur richesse. Les plantes servant à la fabrication des couleurs sont ramassées par les nomades souvent lors des déplacements, c'est ainsi que certaines couleurs sont devenues extrêmement rares, la plante d'origine ayant disparue. L'autre caractéristique des kilims concerne leurs motifs traditionnels. Chaque motif est issu d'un symbole qui se décline sous de nombreuses formes. Figures abstraites et géométriques ou animaux stylisés, ces symboles sont l'expression des croyances et des traditions des Nomades iraniens. Photos: IRNA

  • Lahidjan, la capitale iranienne du bambou

    Lahidjan, la capitale iranienne du bambou

    Lahidjan (IRNA) – À l'occasion du 18 septembre, la journée mondiale du Bambou, nous présentons la culture de cette plante dans la ville de Lahidjan où les habitants cultivent le bambou depuis les années 1920.

  • L'exposition nationale de Zilou à Meybod

    L'exposition nationale de Zilou à Meybod

    Yazd (IRNA)- L'exposition nationale de Zilou est organisée à Meybod dans la province de Yazd. Zilou est tissé à la main en utilisant des fils en coton. Les plans traditionnels et les techniques de tissage de Zilou aussi sont présentés lors de cette exposition. Les motifs des Zilous sont liés à la culture et la civilisation iraniennes. La ville de Meybod est considérée comme le centre de cet art en Iran. Dans cette ville, il y a aussi un musée permanent qui exhibe la longue histoire de cet artisanat iranien. Photographe: Marziyeh Emami Meybodi

  • Ispahan, la capitale mondiale d'artisanat

    Ispahan, la capitale mondiale d'artisanat

    Ispahan (IRNA)- Le Conseil mondial d'artisanat (WCC) a décrit la ville iranienne d'Ispahan comme la Mégapole mondiale d'artisanat.