Emmanuel Macron

  • Sanctions américaines visant la Santé des Iraniens : « un chantage politique », regrette un analyste français

    Sanctions américaines visant la Santé des Iraniens : « un chantage politique », regrette un analyste français

    Téhéran (IRNA)- « Les sanctions américaines contre le peuple iranien, visant notamment le secteur de la santé, ne sont évidemment pas acceptable. Ce type de chantage doit être dénoncé avec la plus grande fermeté. On ne peut faire de la protection de la vie un objet de marchandage ! », déplore le chercheur et analyste français, Didier Billion, spécialiste du Moyen-Orient et directeur-adjoint à l'institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), à l’occasion d’une interview exclusive accordée à l’IRNA

  • Colère du monde musulman et affaire des caricatures : 130 députés iraniens appellent Paris à un geste d’apaisement

    Colère du monde musulman et affaire des caricatures : 130 députés iraniens appellent Paris à un geste d’apaisement

    Téhéran(IRNA)-La colère ne se calme pas dans le monde musulman contre le Président français qui a défendu la liberté de caricaturer le très vénéré Prophète de l’Islam. 130 députés iraniens ont appelé, dans une déclaration, les autorités françaises, à exprimer leurs «sincères regrets » pour cet « acte odieux et inhumain » et ont exigé des excuses auprès des nations musulmanes du monde.

  • Soutien de Macron aux caricatures islamophobes : le Chargé d'Affaires par intérim de France à Téhéran convoqué

    Soutien de Macron aux caricatures islamophobes : le Chargé d'Affaires par intérim de France à Téhéran convoqué

    Téhéran(IRNA)-Le chargé d'affaires français par intérim, Florent Aydalot, premier Conseiller de l’ambassadeur de France en Iran, a été convoqué au ministère iranien des Affaires étrangères à Téhéran, manière de protester contre l'insistance des autorités françaises à soutenir la publication de caricatures insultantes envers le noble prophète de l’Islam (PSLS).

  • Les États-Unis n'ont «aucun droit» de faire recours aux mécanismes liés au PGAC

    Conversation téléphonique Rohani-Macron

    Les États-Unis n'ont «aucun droit» de faire recours aux mécanismes liés au PGAC

    Téhéran (IRNA)- « Contre la résolution du Conseil de sécurité » et « la violation de l’accord nucléaire (PGAC), c’est en ces termes qu’a qualifié le Président Hassan Rohani, qui vient de recevoir ce mercredi un appel téléphonique de son homologue français, Emmanuel Macron, une résolution dite « révisée » anti-iranienne, proposée par les Etats-Unis à l’ONU avant d’indiquer : « Les actions américaines ont toujours consisté à détruire le Plan global d’action commun sur le nucléaire (PGAC) et Washington n'a pas le droit d’avoir recours aux mécanismes liés à l’accord nucléaire. »